Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

ENSEMBLE 05 - Page 7

  • A Gap, la Paix ciblée par des racistes d’extrême droites

    La vague raciste a atteint la mosquée de Gap qui se nomme Salam en arabe et Paix en français. De lamentables anonymes ont écrit sur les murs de la mosquée des slogans dont le niveau politique frise l’idiotie. Ils sont dessinés la croix du mouvement « Occident », celle nazi et la croix de Lorraine. Ils ignorent manifestement que le mouvement « Occident » a toujours été opposé au Général de Gaulle, que celui-ci a lutté contre l’Allemagne nazie et les idées d’extrême droites.

    Ensemble ! 05 apporte son soutien aux musulman.es pratiquant.es et à toutes les personnes visées par ces tags racistes. Nous dénonçons une atteinte à la liberté religieuse garantie par la déclaration universelle des droits de l’homme.

    Ensemble ! 05 - PACG

  • Le futur se construit aujourd'hui

    Communiqué Ensemble 05

    clr_ensemblemages_600Partout les gouvernements libéraux et réactionnaires sont contestés par des mobilisations populaires qui demandent la démocratie et le partage des richesses.

    En France, le pouvoir macronien et son monde doivent être stoppés par une convergence des luttes. La réforme de l’assurance chômage (qui impactera fortement les saisonniers…), la réforme des retraites, celle des services publics (hôpitaux, éducation nationale…), celle des droits des personnes réfugiées sont autant de coups portés aux classes populaires et aux plus fragiles d’entre nous. Ensemble 05 appelle à participer à la journée de grève interprofessionnelle du 5 décembre et à favoriser une pérennisation et un élargissement du mouvement par des assemblées locales.

    Dans le cadre des élections municipales, l’Assemblée Générale du mouvement Ensemble des Hautes-Alpes souhaite apporter son soutien à toutes les démarches citoyennes qui tentent de faire face à l’urgence sociale, écologique et démocratique. 

    Ensemble appelle les hauts-alpin-e-s à s’investir dans les collectifs citoyens (par exemple à Gap le collectif « Pour un printemps heureux »…) qui rassemblent, à partir de comités de quartier ou de village, toutes celles et ceux qui ne se résignent pas à voir leur commune passer à côté des enjeux d’aujourd’hui.

    Le mouvement « Ensemble » est convaincu que c’est par l’auto-organisation du plus grand nombre que la société saura sortir du capitalisme et  construire un monde d’émancipation. Le temps électoral n’est qu’un des espaces de cette révolution démocratique. Engagé-e-s dans les démarches associatives et coopératives locales, les militant-e-s d’Ensemble se mobilisent pour faire vivre des espaces autogestionnaires qui prouvent chaque jour que le futur se construit aujourd’hui.

    à Gap, le 16 novembre 2019.

    contact presse : Jean-Paul Leroux 06 81 30 83 68
  • 2 films à ne pas manquer

     
    Le film Barrages Quand tout sera privé on sera privé de tout sera diffusé le jeudi 28 à 20h30 à la Salle des quatre vents à Rambaud.
    Et n'oubliez pas le film Graines de rond point le vendredi 22 au cinéma le club à Gap.
    Si vous voulez faire tourner l'info sur vos réseaux.
     

  • COMMUNIQUÉ DE PRESSE de la fédération des Mutuelles de France - La Santé n’est pas une marchandise ! Sauvons l’hôpital public !

    Le mouvement de grève qui a débuté au sein de l’AP-HP il y a six mois s’étend désormais à 269 services d’urgences.
    La crise de l‘hôpital public est la conséquence des réformes libérales mises en oeuvre depuis des années par les pouvoirs publics. En vingt ans, le ministère de la Santé a réalisé près de 10 milliards d’euros d'économies sur le budget de l'hôpital public. Il a organisé la suppression de services entiers et de dizaines de milliers de lits, tandis que le nombre des malades accueillis dans les services d'urgence est passé de 10 à 20 millions.
    Malgré la mobilisation historique des personnels hospitaliers, la réponse gouvernementale est toujours totalement insuffisante. D’une part, le financement hospitalier est beaucoup trop faible au regard de l’évolution des besoins réels (l’ONDAM est cantonné à +2,1% en 2020 au lieu de +4,4% nécessaire). D’autre part, la Ministre de la Santé n’a convaincu personne en ne proposant que des mesures cosmétiques pour les urgences, payées par le reste de l’hôpital.
    Ce n’est pas un hasard si l’ensemble des partenaires sociaux, ainsi que la Mutualité, ont émis un avis négatif sur le projet de loi de financement de la Sécurité sociale pour 2020.
    Permettre à tout le monde d’accéder à des soins utiles et de qualité sans discrimination, tel est l'objectif poursuivi par le mouvement mutualiste. Cet objectif, pour être atteint, a besoin de plus de moyens humains et financiers.
    Le service public hospitalier joue un rôle irremplaçable dans l’accès aux soins de toutes et tous. Il est socialement plus accessible que les établissements privés lucratifs au sein desquels les dépassements d’honoraires ont fleuri. C'est aussi un lieu essentiel de prévention, de recherche et de formation.
    Pour toutes ces raisons, la Fédération des mutuelles de France sera aux côtés des professionnels de santé qui se mobilisent pour un meilleur accès aux soins le 14 novembre à Paris.


    À Montreuil, le 12 novembre 2019


    Contact Presse : Arnaud RESTEGHINI – arnaud.resteghini@mutuelles-de-france.fr

  • CERISES la coopérative dernière livraison

    La santé est-elle vraiment un bien commun? Ils sont 4 à en débattre : une infirmière, Julie Ferrua, un urgentiste, Christophe Prudhomme, deux généralistes, Sylvie Faye-Pastor et Patrick Silberstein.

    En tous cas, c'est un bien menacé par la pompe à fric qu'est la finance qui gangrène l'industrie pharmaceutique... A l'opposé de cette logique, les moyens existent pour financer la sécurité sociale, cette grande idée mutualiste comme le rappelle Josiane Zarka. Et, dans le même esprit, Alain Lacombe, propose de partir de la satisfaction des besoins humains que ce soit pour la santé, la retraite ou le travail.

    Bref, tout cela amène Catherine Destom-Bottin à réfléchir dans son édito à quelques idées de désobéissance civile.

    Aucune des écritures de ce numéro n'est "incontestable". Alors dites nous... ou enrichissez en le contenu.

    Avec tout notre cœur

    L'équipe de Cerises