Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

ENSEMBLE 05 - Page 4

  • Communiqué

    Les collectifs d’aide aux migrants des Hautes-Alpes et de Barcelonnette sont profondément préoccupés par l’expulsion prochaine de Aymen Mustafa et Hussain Maroof, deux jeunes soudanais accueillis au CAO d’Embrun depuis 5 mois et souhaitant demander l’asile en France.

    Ces deux jeunes ont suivi des cours de français quotidiens, se sont présentés à tous les rendez-vous administratifs, se sont intégrés et ont tissé des liens d’amitié dans l’Embrunais. Ils vont être transférés vers la Norvège, pays dans lequel leur identité a été contrôlée pour la première fois dans l'espace où s’applique le règlement « Dublin III » (Union Européenne plus 4 pays associés).

    La préfecture leur a remis leur convocation à l’aéroport pour le 23 mai.

    La Norvège applique des conditions de demande d'asile très strictes et les renvois dans le dernier pays traversé avant la Norvège (ici la Russie) ou dans le pays d'origine sont fréquents, avec les mises en danger que cela suppose.

    Au Soudan les risques de représailles, d’incarcération, de violences graves et d’exécution sont avérés en cas de retour des exilés.

    Dans les semaines à venir, d’autres personnes exilées actuellement accueillies dans les Hautes-Alpes courent ce même risque de renvoi vers différents pays dont l’Italie, déjà à saturation à cause des traversées de la Méditerranée.

     21 jeunes demandeurs d’asile accueillis au CAO d’Embrun ont entamé une grève de la faim pour protester contre ces décisions et demander la levée de la procédure.

     En effet, le règlement Dublin III n'est pas obligatoire : certaines préfectures en France ont décidé de ne pas l’appliquer et de permettre aux demandeurs d’asile de déposer leur demande en France. L’Allemagne vient également de suspendre le renvoi vers la Hongrie des réfugiés passés sur son territoire. 

     Nous appelons à une grande manifestation citoyenne à Gap,

    devant la préfecture, samedi 13 mai de 14h à 17h.

    Le respect des droits humains fondamentaux implique le droit pour toutes les personnes contraintes à l’exil d’effectuer leur demande d’asile dans le pays de leur choix. En l’occurrence, ce choix est la France. Nous en sommes fiers ! Soyons-en dignes !

     

    Contact presse : Viviane GUERARD / 06 88 78 55 81 / lecollectifdeguillestre@gmail.com

  • communiqué de presse

     

    Une quarantaine de militants de la « Convergence Citoyenne 05 » se sont réunis le lundi 8 mai à Embrun. Ils ont examiné la situation politique créée par l'existence de candidatures « Convergence Citoyenne 05 » et de la « France Insoumise » pour les prochaines élections législatives dans les deux circonscriptions des Hautes-Alpes.

    Écologie, citoyenneté, partage des richesses, la « Convergence Citoyenne 05 » et la « France Insoumise » sont porteuses de valeurs et de propositions très proches. Alors que les hauts-alpins vont avoir besoin de députés, issus du peuple, à l'écoute de leurs préoccupations et porteurs de propositions issues des territoires, des candidatures concurrentes aux législatives seraient un signe négatif envoyé aux citoyens.

    La « Convergence Citoyenne 05 » propose de tout mettre en œuvre dans un processus de rassemblement afin d'aboutir à des candidatures communes dans chacune des deux circonscriptions.

    Sur la 2ème circonscription, nous attendons une réponse de la FI à une proposition très concrète de candidature commune.

    Sur la 1ère circonscription, la « Convergence Citoyenne 05» propose à la « France Insoumise » de co-organiser une grande assemblée citoyenne (ouverte à tous) permettant de déboucher sur un binôme unitaire aux élections législatives. Nous croyons en l’intelligence responsable des citoyens, n’ayons pas peur de leur donner les clefs de la décision. Nous attendons, si possible dans un délai bref, l’avis de la FI sur ces 2 propositions.


     

  • Reportage d'Alp'ternatives

     

    Bonjour,
    vous trouverez ci-après le nouveau reportage d'alp'ternatives sur la lutte en cours à la ville de Gap...merci de partager en masse...
     
    Leo artaud continue pour Alp’ternatives à collecter la parole des employé-e-s de la ville en grève et de leurs soutiens. Vous découvrirez notamment dans ce reportage au cœur de la manifestation de samedi la prise de parole du président du Département Jean-Marie Bernard. Découvrez aussi les premières photo du rassemblement de ce matin (mardi 9 mai) où ils étaient plusieurs dizaine d’employés dés 5h00 ce matin pour discuter de la prolongation ou non de la grève.
     
    https://alpternatives.org/2017/05/09/au-coeur-de-la-manifestation-des-employe-e-s-de-la-mairie-samedi-6-mai-2017-et-mardi-9-mai/ 
     
    Belle journée à tous...

     

  • Communiqué de « Ensemble ! », 7 mai 2017, 21 heure

    Le pire a été évité,

    construisons maintenant une gauche debout !

    Les électeurs et électrices ont rejeté le danger immédiat d’une accession au pouvoir de l’extrême-droite, et ce qu’elle aurait entrainé : remise en cause des libertés fondamentales, des droits démocratiques et sociaux, chasse aux étrangers, « préférence nationale » attisant le racisme…

    Mais près de 11 millions de voix se sont portées sur Marine Le Pen, révèlant une poussée de ses idées nauséabondes dans la société.  Il faut encore convaincre que les idées du FN ne sont pas « banales », les fascistes ont toujours utilisé la désespérance, qui s’est emparée d’une part importante de la population, pour se développer.

    Il faut donc aller à la racine du mal. Le Pen avance sous couvert d’un discours d’imposture sociale !  La politique du quinquennat de Hollande porte une grande part de responsabilité dans la désespérance. Mais l’essentiel est d’agir pour en finir avec les politiques néolibérales et néoconservatrices  des gouvernements qui se sont succédés depuis quinze ans, qui n’ont apporté aucun progrès social pour le plus grand nombre et remis en cause nombre de libertés fondamentales. En empirant ces choix, la politique de Macron accentuera les injustices et le danger du FN, si elle n’est pas combattue et rejetée par une alternative de gauche et écologique.

    Face à E. Macron, agir et se mobiliser sans attendre

    Ce vote ne donne pas à Emmanuel Macron légitimité pour appliquer sa politique. Il a été élu « par défaut », rassemblant des électeurs de tous bords pour barrer la route à M. Le Pen, mais certainement pas pour approuver la politique qu’il veut développer, qui n’a même pas réuni un quart des voix au 1° tour. Il n’a ni mandat ni légitimité pour démanteler l’État social, augmenter la CSG, aggraver encore la loi Travail et remettre en cause les régimes de retraite comme il l’envisage. Après la disqualification des deux partis de gouvernement, PS et Républicains, et la montée d’une gauche véritable avec les 20 % réunis par JL. Mélenchon, il ne pourra affronter le mouvement social sans crise politique majeure. Macron entend développer son projet ultra-libéral y compris par ordonnances dès cet été, ou en ayant recours au 49.3. La mobilisation de toutes les forces du mouvement social contre ces projets doit commencer dès maintenant. 

    S’unir aux élections législatives pour une alternative politique

    Les prochaines élections législatives seront décisives pour faire vivre l’espoir qui a émergé au premier tour de la présidentielle avec la candidature de Jean-Luc Mélenchon.

    Nous devons faire élire des représentant.es d’une gauche véritable qui combattra la politique de Macron et travaillera à une alternative. Rien n’est joué d’avance. Il faut empêcher Macron d’obtenir une majorité de député.es alliant des secteurs de la droite traditionnelle et la droite du Parti socialiste, qui continuerait et aggraverait les politiques du quinquennat de Hollande.

    Pour cela, il est impératif que les forces qui ont soutenu la candidature de Jean-Luc Mélenchon se présentent ensemble dans les circonscriptions pour prolonger et élargir le succès du premier tour. Au-delà, il est nécessaire de réunir des candidatures communes des forces de la gauche et de l’écologie, en rupture avec le social-libéralisme, ayant un poids suffisant pour s’opposer à la politique de Macron et faire front contre l’extrême-droite et les droites.

    Reconstruire dès maintenant

    La question de la reconstruction d’une gauche d’alternative est aujourd’hui posée. Les forces existent pour un large mouvement populaire. Elles doivent se regrouper et se dépasser  à partir de la dynamique de la campagne de Jean-Luc Mélenchon et des aspirations au rassemblementd’une gauche véritable. C’est un défi crucial.

     

      « Ensemble ! », le 7 mai 2017, 21 h.