Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

ENSEMBLE 05 - Page 4

  • La situation des hôpitaux en général et du Chicas en particulier

     

    Après 15 jours de grève de la faim, les personnels de l’hôpital du Rouvray, près de Rouen, ont gagné. Leurs revendications, pour l’essentiel le refus des réformes imposées par l’Agence Régionale de la Santé, ont été entérinées. Faut-il que le personnel mette sa vie en danger pour que des conditions « normales » de travail soient reconnues ?

    Au Chicas, le 31 mai lors de la journée de lutte contre la suppression de 13 postes, la plainte des soignant.es s’entendait dans toute les prises de paroles et surtout lors de la visite des services effectuée par les grévistes. Une phrase résume leur sentiment : « à quoi sert un hôpital neuf sans personnel ? » Le dévouement du personnel est tel que les patient.es ne mesurent pas la dureté des conditions de travail. Mais qui soignera les soignant.es ? Car le nombre des arrêts maladies des infirmier.es est en augmentation. Leur travail rend ses soignant.es malade. Ce paradoxe est un scandale, s’il faut comme à Rouvray des grèves de la faim pour avoir gain de cause, cela signifie que l’hôpital est malade, que les politiques suivies depuis de nombreuses années risquent d’assainir les finances des hôpitaux au prix de leur mort clinique! Autrefois, les malades étaient des patient.es, ils/elles sont ensuite devenu.es des client.es, avec l’accentuation de ces logiques purement financières, ils/elles deviennent peu à peu des « consommateurs de médicaments » pour le plus grand bonheur de l’industrie pharmaceutique. Dans ces conditions, il y a fort à parier que la courbe de l’espérance de vie va en France diminuer comme celle des États-Unis. Il faut résolument changer de politique hospitalière. L’hôpital n’est pas seulement un coût, il est un gain radical pour la santé de tous. Il devrait l’être pour la santé des soignant.es !

     

    Pour une Alternative Citoyenne à Gauche (PACG) - Ensemble !05

     

  • Jeudi 31 mai 2018

    docllbhhgbbgdlnl.jpg

  • Le 22 mai

    Aucun texte alternatif disponible.

  • Communiqué d'E!05

    logo.png

    Le 70ème anniversaire de la proclamation de l’État d'Israël et les Palestiniens

    Israël célèbre le 70ème anniversaire de sa création par des crimes de guerre sans précédent depuis la dernière guerre faite à la prison à ciel ouvert que constitue Gaza. Plus de 55 palestiniens désarmés ont été froidement assassinés par l'armée la plus puissante du Moyen-Orient. Israël pense que pour exister il faut que les palestiniens meurent ! Cet anniversaire, une fois de plus, est l'enterrement du peuple palestinien. Que des crimes de cette ampleur se déroule au moment de festivités à Jérusalem, cette juxtaposition d'événements ne fait que mettre à jour ce que l'on veut oublier. Les israéliens n'existent que dans le déni de l'existence des palestiniens, l’État d'Israël ne veut en aucun cas de l'existence d'un État Palestinien. Il ne veut ni deux états ni d'un état fédéral. Il veut exister comme seule entité politique sur le territoire de la Palestine qui est grand comme la région PACA et qui comprend autant d'israéliens que de palestiniens. Les israéliens veulent-ils réduire les palestiniens au rang de sous-citoyens, de sous-hommes ? Israël est ainsi en contradiction avec les résolutions de l'ONU qui donnent une existence de droit à un État palestinien. Pour se maintenir en dehors des règles onusiennes, il a besoin d'alimenter la tension même si pour cela il utilise un usage totalement disproportionné de la force armée et qu'il terrorise et tue les palestiniens.

    Les festivités de cet anniversaire sont tâchées du sang palestinien. Elles sont le déshonneur des israéliens. La France doit participer à établir les palestiniens dans leur droit en reconnaissant l'existence de l’État de Palestine.

     

    Ensemble!05 – Pour une Alternative citoyenne à Gauche – P.A.C.G.