Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

ENSEMBLE 05 - Page 4

  • CERISES N° 22

    Bonjour,

    Quand des syndicalistes du SNEP-FSU d'Ille et Vilaine sortent le nez du guidon, ils/elles se posent des questions de fond : Que faire de l'État? Cela ne pouvait que titiller l'équipe de Cerises la coopérative. "Topez-là!" leur ont-ils lancé. Rencontre sur le sujet entre des profs d'éducation physique bretons et la rédaction de notre journal. Estelle a saisi là l'occasion de défendre le service public et le statut de la fonction publique. Et, dans l'actualité, illustration des attaques fomentées par cet État-là contre les services publics, le Projet Hercule qui s'en prend à EDF : "Attention danger!" prévient Daniel Rome.

    Quand Danielle rencontre Josiane, elles font l'ouverture de Cerises et l'affirment clairement : "Les brevets sont mortifères pour la santé".

    Du côté de "l'après", Laurent Eyraud-Chaume s'écrie : "Vivement demain" en évoquant "le Bal", le film de Lætitia Carton. C'est "ensemble" et nos corps bougent pendant toute une semaine. Le rêve, quoi. Oui, vivement demain.

    En attendant, la lecture est une bonne occupation avec "La société des belles personnes" de Toby Nathan, par exemple, ou bien "La Commune" de Sebastian Haffner (un sujet qui vous prépare à la lecture du prochain Cerises).

    Bonne lecture à tous

    Prenez soin de vous

    L'équipe de rédaction

     

  • Mobil’Hautes Alpes, un projet qui continue d’avancer !

     

    Mobil’Hautes-Alpes c’est le collectif qui propose de réinventer la mobilité dans notre département. Après un lancement à la fin de l’année 2020, le projet est aujourd’hui soutenu par de nombreuses associations et collectifs comme Mobil’idées, Mountain Wilderness, la Convergence Nationale du Rail ou l’étoile ferroviaire de Veynes. Et ce n’est pas tout, de nombreux élus témoigne leur sympathie pour les propositions comme à Veynes, La Roche des Arnauds ou encore Savines le Lac. Place maintenant aux conférences publiques qui permettront de présenter le projet aux haut-alpins et d’entendre leurs idées ! La première aura lieu samedi 30 janvier à 14H à La Roche des Arnauds sur le parking après le pont du Petit Buëch. Nous partons du principe que chaque résident du département peut apporter au projet. Nous les attendons donc nombreux, dans le respect des gestes barrières. 
    Dans les semaines à venir, les membres du collectif continueront leurs rencontres avec élus locaux et associations afin de continuer de nourrir les propositions et de faire avancer le projet. N’hésitez pas à les contacter pour organiser une présentation, apporter un témoignage ou une informations. Retrouvez toutes les informations sur le site web mobilhautesalpes.com. Les autres conférences auront lieu à La Batie-Neuve le 20 février et enfin à Gap le 6 mars.

  • Veolia et L’enfouissement des déchets dans le département des Hautes-Alpes

       

    Suite à un article paru récemment sur le site d’enfouissement de nos ordures ménagères voici quelques explications recueillies auprés d’Alice Prud’homme, élue de l’Argentière-la bessée responsable de la commission environnement à la Communauté de Communes du Pays des Ecrins.

    Alp'ternatives

    Il y a actuellement un problème avec le site d’enfouissement des ordures ménagères tenu par Véolia à Ventavon. C’est le site où la quasi-totalité des Communautés de Communes des Hautes-Alpes acheminent leurs ordures ménagères et encombrants.

    Le 05 fait partie du bassin Alpin pour la gestion des déchets, avec le 04. Ces bassins, avec les capacités d’enfouissement et leurs caractéristiques urbaines, ont été définis dans le cadre du plan régional, car la Région a depuis peu la compétence DÉCHETS. L’état, par le biais de la DREAL, accorde des autorisations d’enfouissement à des centres d’enfouissement, en fonction des besoins et des obligations réglementaires de diminution des quantités enfouies.

    Les collectivités du 06 n’ayant pas développé d’exutoires, ont demandé à la société VEOLIA d’accepter une partie de leurs déchets, il y a quelques années. Cette décision avait été acceptée, de manière transitoire, par la commission départementale qui avait compétence.

    Le remplissage du site avec des déchets du 06 a amené un remplissage plus rapide que prévu, et surtout l’atteinte du seuil max des tonnages autorisés. Veolia a obtenu fin décembre 20, l’autorisation de poursuivre l’enfouissement. Ce site a une capacité d’accueil de 100 000 tonnes par an, d’ici 2022 le site sera plein, mais logiquement une demande d’extension sera faite et acceptée.

    Aujourd’hui il existe trois gros sites d’enfouissement sur la région PACA : c’est elle qui donne les dérogations et contrôle le schéma de suivi et de déploiement. Les déchets du 04 et 05 ne suffisent pas à remplir ce site, donc l’entreprise complète tous les ans avec des déchets de Nice pour remplir et rentabiliser le site. La Société Véolia sait donc qu’elle n’aura aucun souci pour remplir ce site même sans notre département. Nous ne pesons pas lourd dans la balance...

    Face aux mesures environnementales et autres, les consignes sont de plus en plus strictes ! Et la taxe générale sur les activités polluantes (TGAP) qui est la taxe imposée par l’état aux collectivités locales pour chaque tonne enfouie augmente tous les ans : elle passe ainsi de 25 euros à 37 euros la tonne de 2020 à 2021 et atteindra près de 65 euros en 2025. Pour le Pays des Écrins cela fait cette année une augmentation de 33 000 euros rien que pour la TGAP. Les collectivités essayent de tout faire pour diminuer le tonnage grâce aux tris sélectifs par exemple. Mais  les emballages vont au site de Manosque tenu par la même société qui a également augmenté les tarifs de 15 % à 20%. La société justifie cette augmentation par l’installation de nouveaux outils de tris pour appliquer les nouvelles consignes or une grande partie de ces  outils ont été subventionnés par l’État…

    Pour le site d’enfouissement, la Communauté de Commune du Val d’Avance a du relancer son marché à l’automne et Véolia est donc la seule société qui a répondu. Comme elle est en situation de monopole, elle a « proposé » une augmentation de 50 à 75% par tonne enfouie (selon qu’il s’agit d’ordures ménagères ou d’encombrants...) N’ayant pas d’autres solutions la Communauté de Commune les a rencontré pour comprendre cette augmentation. Les réponses données n’ont pas convaincu. Les élus du Val d’Avance ont déclenché une réunion avec toutes les Communautés de Communes en novembre pour alerter sur la situation … Les autres communautés de communes, qui subiront  aussi la même augmentation à la date de fin du contrat actuel et de son renouvellement.

    Collectivement un communiqué de presse a été fait pour prévenir la population, et un courrier a été envoyé  à la préfète pour dénoncer l’entreprise d’abus de position dominante. Cette demande est en cours d’étude. Nous avons appris par la suite que, dans le Vaucluse, le même abus de pouvoir de cette entreprise avait été dénoncé par les collectivités.

    Les habitants et les collectivités font d’énormes efforts pour diminuer les tonnages des déchets par soucis écologique mais l’addition ne fait encore qu’augmenter. Nous continuerons nos efforts car c’est une nécessité environnementale indéniable mais les efforts doivent être dans les deux sens…

    Peut-être faut-il se questionner sur les pertes subies par Véolia qui a perdu le marché de l’eau dans plusieurs grosses collectivités. Les déchets seraient une solution pour se refaire une santé. Et la question de reprise en gestion public de ce service est à se poser une nouvelle fois.

    Affaire à suivre …

    Alice Prud’homme

  • Des violations répétées du droit d’asile et du principe de solidarité au col du Montgenèvre

    Ce samedi 16 janvier 2021, 22 personnes (dont 11 enfants et 4 personnes âgées) qui venaient de passer la frontière ont été retenues 10h à la PAF, puis confiées à Tous Migrants (!) après avoir reçu une obligation de quitter le territoire français et une interdiction de retour sur le territoire français alors qu’elles demandaient l’asile. Parmi elles une famille avec 2 enfants (un bébé de 12 jours et un enfant de un an) qui n’a même pas été conduite à l’hôpital alors qu’elle a été récupérée par le secours en montagne.

    Le vendredi 11 décembre 2021, c’était un groupe de 25 personnes en hypothermie qui était recueilli par les pompiers et amené ensuite à la PAF pendant la mission d’observation d’un groupe de parlementaires. Un femme enceinte a été conduite à l’hôpital, accompagnée de son mari, mais sans leurs 3 enfants gardés à la PAF ! Un blocage de la route par des militants italiens a permis que la famille se retrouve.

    Depuis la mi novembre les maraudeurs sont de nouveau pourchassés par la police : les amendes et les convocations se multiplient (notamment à cause du couvre feu) alors que les maraudes font parties des activités qui bénéficient d’un dérogation !

    A l’opposé Génération Identitaire bénéficie d’une impunité pour ses opérations de « sécurisation » de la frontière : après le col de l’Échelle, ils sont maintenant dans les Pyrénées.

    Nous dénonçons le mépris des droits fondamentaux : droit d’asile et principe de solidarité.

    Nous dénonçons la mise en danger des personnes exilé.es qui arrivent à Montgenèvre et ailleurs après un long voyage.

    Nous dénonçons l’état français et ses représentant.es qui ne travaillent pas sur une vraie politique d’accueil des exilé.es avec toutes les associations humanitaires et les élu.es des villes accueillantes.

     

    Ensemble PACG 05