Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

ENSEMBLE 05 - Page 3

  • le n°14 du Jour d'après a commencé

    Bonjour à toutes et tous,

    LIRE ICI le n°14 du Jour d'après a commencé, lettre électronique à l’initiative des collectifs d’Ensemble ! de l'Ain, des Alpes Maritimes, du Calvados, des Côtes d’Armor, du Doubs, des Hautes Alpes, de Saône et Loire ; du comité local de Marseille 15/16 ; de militant·es des Bouches-du-Rhône, de Côte d’Or, du Finistère, du Gard, de l’Hérault, d'Ille-et-Vilaine, du Nord, de Paris 5-13, de Paris 11, de Paris 20, du Rhône, de Seine Saint Denis, du Var et de l'Yonne.

    Si vous voulez participer à l’élaboration de la Lettre, n’hésitez pas à nous contacter : ensemble-lejourdapres@mailo.com

  • Un autre « jour d’après » est nécessaire.

    La crise économique que traverse notre pays, et notre département, est profonde et vient de loin. La financiarisation des profits, la spirale sans fin de la disparition des droits sociaux, l’accélération continue des impacts des productions sur l’environnement : Le capitalisme touche à sa fin et souhaite nous entraîner dans sa chute.

    Les fermetures d’entreprises, qui souvent ont touchaient des aides publics sans conditions, doivent nous interroger sur la société que nous souhaitons construire. L’usine Bridgestone doit être sauvée par ses salariés afin qu’ils réinventent, à partir de leurs savoir-faire, le projet de leur entreprise.

    L’embellie estivale sur le front du tourisme, ne doit pas cacher les craintes pour la saison hivernale. La situation sanitaire met en péril les structures les plus fragiles (colonies de vacances, classes“vertes”, structures du tourisme social…) mais aussi les salarié-e-s les plus précaires. L’aggravation de la situation économique sur notre département doit nous inviter à une refondation de notre modèle de développement touristique et à nous interroger sur le mode de salariat. Pourquoi la plupart des saisonnier-e-s ne peuvent compter sur des contrats reconduits automatiquement ? Pourquoi ne pas réfléchir à un salaire à vie qui repose sur la richesse produite dans notre pays ? Comment réfléchir à un fonctionnement de société où ce sont les citoyen-ne-s salarié-e-s qui fixent les objectifs des entreprises ?

    La crise que nous traversons ne doit pas être l’occasion d’une aggravation des inégalités et de notre impact climatique. Ensemble! milite ardemment pour faire de cette situation l’occasion d’une révolution en profondeur sur l’organisation de notre vie commune.

    Nous militerons dans les jours qui viennent pour une relance du réseau “Plus Jamais ça 05” afin d’inventer un espace où converge les luttes et les alternatives, les militant-e-s et les organisations qui pensent qu’un autre jour d’après est possible et nécessaire.

    Ensemble !05 - PACG

  • Le jour d'après a commencé N°13

    Bonjour à toutes et tous,

    Vous trouverez ICI et ci-dessous le n°13 du Jour d'après a commencé, lettre électronique à l’initiative des collectifs d’Ensemble ! de l'Ain, des Alpes Maritimes, du Calvados, des Côtes d’Armor, du Doubs, des Hautes Alpes, de Saône et Loire ; du comité local de Marseille 15/16 ; de militant·es des Bouches-du-Rhône, de Côte d’Or, du Finistère, du Gard, de l’Hérault, d'Ille-et-Vilaine, du Nord, de Paris 5-13, de Paris 11, de Paris 20, du Rhône, de Seine Saint Denis, du Var et de l'Yonne.

    Si vous voulez participer à l’élaboration de la Lettre, n’hésitez pas à nous contacter : ensemble-lejourdapres@mailo.com

    page 1.jpg
    page 2.jpg

     

    --

  • Face à la violence sociale que nous vivons, Construisons une rentrée sociale d’ampleur.

     

    Nous avons besoin d’un plan de rupture,

    Pas d’un énième plan de relance !

     

     

    Les annonces faites par le premier ministre CASTEX et le président MACRON confirment qu’il n’y aura pas de changement de cap. Si les salariés ne font pas entendre leurs légitimes revendications, le monde « d’après » sera pire que le monde « d’avant ».

     

    La situation actuelle impose des mesures de transformation profonde en totale rupture avec les politiques économiques et sociales actuelles. Un énième « plan de relance » qui ne remettrait pas en cause ces politiques, ne pourrait conduire qu’à une aggravation de la crise sociale, économique et écologique.

     

    Le jeudi 17 septembre

    Salarié-e-s, retraité-e-s, jeunes et privé-e-s d’emploi tous ensemble !

    Toutes et tous en grève et en manifestation,

    Rassemblement à 13h30 devant la préfecture de GAP

    Appel de la CGT, FSU et Solidaire

  • Six ans d’opposition molle à Roger Didier cela va être long !

    Le CM du 24 juillet en est l’illustration : on rentre dans le vif du sujet, présentation du compte administratif 2019 et du budget supplémentaire 2020...

    Maryvonne Grenier annonce 11 Millions d’€ d’économie sur le fonctionnement qui se rajoutent à la cagnotte précédente. C’est Isabelle David qui monte au front. Et oui déjà une mauvaise nouvelle pour l’équipe Ambition pour Gap : Christophe Pierrel, second sur la liste, devient le directeur de cabinet de Michèle Rubirola, la nouvelle maire de Marseille... Autant dire que Gap va être le cadet de ses soucis !  

    Isabelle David trouve anormal qu’une commune fasse des réserves avec les les impôts locaux payés par les gapençais et propose que cette somme excédentaire soit distribuée aux associations, qu’elle puisse redonner du pouvoir d’achat aux citoyens (comment?) et qu’elle serve à faire de grands projets sur la protection de l’environnement... Le baronnet et ses vassaux, fort de leur élection au 1er tour, balayent les objections d’un revers de main. 

    Elle oublie juste de dire que les économies se font aussi sur le dos du personnel municipal et sur le budget social (personnes âgé.es, grande pauvreté, exilé.es) et que c’est là qu’il faut gratter  et attaquer.

    La tête de liste Charlotte Kuentz et la jeune équipe qui l’a soutenue pourraient se donner pour objectifs :

    - de trouver les failles de la gestion de Roger Didier pendant le mandat (c’est son 3ème mandat : il va se lâcher...). 

    - Et de consulter la population qui n’a pas voté ou qui s’est abstenue. C’est grâce aux habitants de Gap qu’on pourra peut-être se débarrasser de cette équipe. Eux seuls savent ce qui leur manque. 

    Parce que les subventions au hockey, le Tour de France et les investissements genre pissotières, caméras de sécurité, tout cela va vite les lasser !

    Et s’il partait ? Ne se murmure-t’il pas que le maire-conseiller régional (après avoir été conseiller général) aimerait bien devenir sénateur comme papa ?  

    Cécile Leroux