Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

ENSEMBLE 05 - Page 3

  • Face à l’urgence climatique et sociale : Comment faire mouvement politique ensemble ?

     

    Bonjour,

    Tout d’abord, nous vous souhaitons une année solidaire et rebelle !

    Le mouvement des gilets jaunes est entrain de transformer durablement la vie citoyenne de notre pays.
    Même si des contradictions existent, c’est bien le partage des richesses et la démocratie qui sont les fils rouges des doléances qui émergent des ronds points.
    Avec ou sans gilets, une radicalité nouvelle apparaît dans la population par exemple sur l’urgence climatique.
    Plus personne ne souhaite de demi-solutions ou se voir à nouveau dépossédé par des professionnels de la récupération.
    C’est bien de révolutions dont il est question !

    Notre association, Ensemble-PACG, a plus de 10 ans et tente depuis sa naissance de bousculer les codes de la vie politique locale : fonctionnement horizontal, éducation populaire, présence dans les luttes, pour défendre les alternatives et parfois dans les temps électoraux…Notre bilan n’est pas idéal mais nous avons tenté de mettre la parole citoyenne et les valeurs qui nous rassemblent au cœur des nos actions.

    Les mouvements actuels et la surdité du gouvernement nous questionnent en profondeur :
    – Le modèle capitaliste est à bout de souffle mais le modèle républicain de « démocratie représentative » aussi. Que proposer une 6ème république ou une 1ère démocratie ?
    – Les enjeux internationaux sont centraux dans la totalité des urgences actuelles : climatiques, sociales, migratoires… Comment agir à cette échelle ?
    – Le rejet des corps intermédiaires est total et n’épargne personnes : partis, syndicats… D’où vient ce « désamour » ? Quelle type d’organisation pour agir au quotidien ?

    Face aux enjeux du moment, les vieilles solutions électorales et verticales, nationales et productivistes, ne pourront faire apparaître une issue positive.
    Par ailleurs, nous ressentons tous, à notre échelle, que les gestes individuels et les luttes thématiques ne suffiront pas à transformer le réel autour d’une alternative globale.
    Nous devons faire de la politique !

    Nous souhaitons proposer, dans le cadre de notre AG, un temps de parole libre pour répondre à cette question :
    Face à l’urgence climatique et sociale : Comment faire mouvement politique ensemble ?

    (méthodologies, propositions d’actions, quelles implications de chacun…) »

    Ce sera pour notre association le moyen de mettre à plat les raisons de notre engagement citoyen et d’envisager sans tabou la suite à donner à notre mouvement.

    Nous vous donnons rendez-vous le samedi 26 Janvier à 9h30 à la salle la Mutualité à Gap.
    Nous finirons la matinée par un repas partagé (chacun apportant quelque chose).

    Comme d’habitude notre AG est ouverte à tous (membres de l’asso ou non …), n’hésitez pas à inviter des connaissances qui pourraient être intéressées par ce rendez-vous.

    Comptant sur votre présence, fraternellement,

    Pour Ensemble-Pacg 05,

    Claudie Roussel, Etienne Trautmann, Sophie Henry, Jean-Paul Leroux, Jean-Pierre Castex, Laurent Eyraud-Chaume, Cécile Leroux, Patrick Pernin, Stéphane Charabot, Michel Pons, Jean-Claude Eyraud, Joël Reynier.
     

    ps : Si vous ne pouvez être présent n’hésitez pas à nous envoyer vos contributions. Les bilans d’activités et financiers sont disponibles sur cette demande.

  • CERISES, la coopérative

    Pour 2019, du neuf! c'est ce que, avec Sylvie Larue, nous proposons à tous nos lecteurs.

    Ces Cerises sont gratuites, vous le savez.

    Même si, dorénavant, leur variété est "Cerises, la coopérative".

    Mais vous savez bien que la GRATUITÉ peut aller au delà de ce simple envoi par mail.

    On doit pouvoir en tirer, avec Pierre Zarka tout ce qu'elle implique, parce que (c'est ce que dit Patrick Le Moal) elle peut être le moyen de l'émancipation. Déjà à Lyon, Nathalie Perrin-Gilbert y voit le moyen de faire société. Alors, pourquoi, ne pourrait-on pas, avec Paul Ar!ès, l'opposer au capitalisme. Evidemment, pour cela, comme nous y invite Benoît Borrits, il faut oser affronter l'économie marchande.

    Ce numéro de "Cerises, la coopérative" vous propose d'autres sujets de réflexion encore.

    Merci de nous dire ce que vous en pensez.

    Bonnes lectures.

    La rédaction

     

  • Les gilets jaunes : la France en pleine confusion.

     

    301829Par Jean-Paul Leroux. (article rédigé pour la revue québécoise "à Babord!")

    Que signifie le fait que depuis 2 mois des français se vêtent du gilet jaune des automobilistes en panne ou accidentés pour occuper des ronds points, des entrées d’autoroutes et de centres commerciaux ainsi que les Champs Élysées et autres lieux symboliques de Paris ? Que signifie le fait que le samedi les violences policières et celles d’une partie des Gilets Jaunes se répondent, dérapent, s’arrêtent le dimanche et recommence le samedi suivant ?

    Un bouillonnement inattendu dans ses formes et ses contenus semble avoir saisi l’hexagone. Peut-on démêler cet écheveau lorsque le dit « mouvement des gilets jaunes » n’a pas de leader, n’en veut pas, dénonce les partis, les syndicats, les institutions, le système représentatif, le jeu politique classique, les médias mais propose un catalogue de 42 revendications aussi mouvantes qu’un château de sable. Ce mouvement cherche à se structurer mais ne sait comment s’y prendre. Il ne parvient ni à mourir ni à grandir. Sa force véritable est sa durée : sa renaissance tous les samedi ce qui mobilise les forces de police en alerte permanente. Macron et le gouvernement ne parviennent pas à enrayer cette crise sociale qui devient une crise politique inédite.

    2018-12-01t200656z_923136182_rc1947ad1a00_rtrmadp_3_france-protestsLes analystes et les commentateurs eux-mêmes sont à la peine. Pour certains, il s’agit d’une révolte qui pourrait (avec beaucoup de si..) enclencher une révolution, pour d’autres ce n’est qu’un mouvement « poujadiste » qui fut un mouvement corporatiste de « petits commerçants » qui de 1953 à 1958 a eu une certaine notoriété, traduisant leur exaspération devant la naissance du commerce de masse. Les médias ont été sensible aux personnes en situation sociale précaire ayant peur de tomber dans la misère si elles ne pouvaient plus faire le plein de leur voiture pour aller travailler à cause de la hausse des taxes sur le carburants. Le gouvernement a fini par les annuler. Trop tard, les GJ (Gilets Jaunes) étaient passés à autre chose. Tout cela évoque une chanson enfantine, « il court, il court le furet, il est passé par ici, il repassera par là »! Le gouvernement, pendant un temps, a couru après les GJ  mais il « semble »(?) avoir abandonné pour entrer dans une politique de répression massive, à tel point que les juges commencent à penser que trop c’est trop, que des policiers se font mettre en arrêt maladie pour ne plus participer à la répression et que les syndicats de policiers en ont profité pour obtenir des avantages financiers importants !

    Mais le comble est que, pendant ce temps, les écologistes ont réussi une démonstration d’une ampleur inégalée le 8 décembre et qu’une pétition pour lancer un procès contre l’État par quatre ONG pour inaction climatique a recueilli pratiquement 2 millions de signatures. Qu’un mouvement dans l’éducation nationale dit des « stylos rouges » est en train de déborder les syndicats traditionnels, que dans les hôpitaux… La France est en ébullition.

    1200px-manifestation_des_gilets_jaunes,_porte_maillot_le_17_novembre_2018Un des aspects qui commence à s’éclaircir est la contradiction entre les institutions et les aspirations à contrôler sa propre vie. La France pays jacobin avait commencé une décentralisation en  1982 par la création de régions et une autonomie plus grande des administrations dans les territoires. Mais il y a eu à partir de la présidence Sarkozy un mouvement inverse qui s’est traduit par la volonté de supprimer à terme les départements et de vider de tous pouvoirs les petites communes. On note un mouvement de démission important des maires et la volonté d’un très grand nombre de ne pas vouloir se représenter. L’Association des Maires Ruraux de France (AMRF) a, lors de son congrès de septembre, tiré la sonnette d’alarme sur la situation de désaffection de l’État dans les territoires ruraux et, le hasard faisant bien les choses, c’est devenu un des thèmes des GJ. D’où beaucoup de commentaires de géographes sur l’opposition de plusieurs France : les grandes métropoles, la France périurbaine, la périphérie, la néo-ruralité, etc.. Il existe une « confusion » géographique que traduisent bien les GJ : ils n’ont plus le sentiment que l’État se comporte également envers les citoyens. L’État favorise la métropolisation et crée des déserts de services publics. C’est particulièrement sensible en ce qui concerne les hôpitaux, être malade au fond de la Creuse ou dans le XVIe à Paris n’est pas du tout la même chose. L’« injustice sociale » est un des grand thèmes des GJ. Il est facile de comprendre pourquoi.

    L’État est donc la cible prioritaire des GJ parce qu’ils pensent qu’il accentue les injustices entre les citoyens : augmentation des taxes payées par tous et suppression de l’Impôt sur les Grandes Fortunes, diminution de l’allocation logement pour les plus pauvres et continuation d’une politique d’aides massives aux grandes entreprises de l’ordre de 40 milliards par an. Derrière les revendications touchant au pouvoir d’achat se tiennent les injustices territoriales, sociales c’est-à-dire la rupture de l’égalité.  Par contre et étonnamment le mouvement des GJ a laissé de côté la question salariale. Il n’y a pas de revendication visant les « capitalistes » seul l’État et Macron sont leurs cibles.

    1039039737Pas besoin d’être grand clerc pour comprendre que cette politique de l’État est promu par l’Assemblée Nationale et donc par les député.e.s. De là, un anti-parlementarisme, une mise en cause de la représentation, on assiste à des attaques non seulement d’une préfecture (celle du Puy en Velay dans le département de la Haute-Loire) mais également des permanences des député.e.s de la majorité, ce qui n’est pas sans rappeler les attaques de châteaux et des centres d’impôts dans les campagnes françaises au printemps 1789 ! D’où l’idée qu’il faudrait engager un processus de réforme de la constitution pour aboutir à une Assemblée constituante ! Cette idée est défendu par Eric Piole, le Maire de Grenoble. Le Gouvernement cherche plutôt à « refroidir » la situation en proposant de grands débats autour de certains thèmes : la vie quotidienne, la fiscalité, la pratique de la démocratie et la citoyenneté, l’organisation de l’État et des services publics. Le mouvement des GJ milite pour l’introduction d’un « Référendum d’Initiative citoyen, (RIC) » mais a dû mal à préciser ce qu’il entend par là.

    Les discussions vont bon train sur les « ronds points », mais les différents « ronds points » n’ont pas les mêmes analyses et propositions. Aussi, les GJ commencent à chercher à se structurer à un niveau départemental, à se constituer en associations mais tout cela demeure encore à l’état d’ébauche. Il faut dire que chez les GJ, certain.e.s découvrent l’engagement dans l’espace public et les problèmes d’écoute, d’échange et donc de disponibilité que cela demande, pendant que d’autres, vieux routiers des syndicats et de structures politiques (de la gauche radicale à la droite radicale) nettement plus opérationnels, cherchent à faire avancer leurs propositions.

    cover-r4x3w1000-5befcf314e14c-000-1ax0g1En fait, le mouvement des GJ est traversé par l’ensemble des positionnements politiques, d’où la richesse de ce mouvement et ses confusions. Il est en période de « décantation » et de structuration. S’il se maintient dans le temps, il parviendra peut-être à des « formes » d’organisations novatrices en matière de démocratie interne et de prise de décisions. Pour l’heure, il balbutie engendrant beaucoup d’interrogations.

    Personne n’a vu venir ni ne peut prévoir l’évolution et le débouché de ce mouvement. C’est le propre de ce qu’Hannah Arendt nomme un « événement », soit l’irruption dans l’espace public d’acteurs que personne n’attendait, pas même ceux qui s’y impliquent. Ils sont maintenant en position de créer du nouveau ou de retomber dans de vieilles ornières. Leur grand mérite est d’avoir ré-ouvert le champ des possibles.

     

    Jean-Paul Leroux

    12 janvier 2018