Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

ENSEMBLE 05 - Page 8

  • En mai, les Cerises qui nous plaisent...

    "Entre piètres résultats électoraux et affaiblissement de sa pensée, la social-démocratie semble aujourd'hui dans une impasse"... Ainsi s'ouvre le dossier de mai. Lire la suite ici.

    "On fabrique, on vend, on se paie!". Lip 1973. Ça vous parle?... Ça nous parle vraiment en 2021. Comme nous parle pour les jours et les années d'après l'expérience des femmes du Rojava qui nous écrivent "depuis la révolution".

    Patrick Le Tréhondat, lui, nous parle du levain démocratique de la jeunesse asiatique. C'est l'objet de son édito.

    Maudit soit le poète! Baudelaire naissait il y a deux siècles. C'est en 4ème de couv'.

    En supplément du Cerises en PDF, et en réponse à de "vieilles ganaches étoilées en retraite", réaction de deux Patrick et d'un Christian.

    Bonne lecture, bonne réflexion... et dites nous ce que vous en pensez.

    L'équipe de rédaction

  • Enquête publique sur un projet de remontée mécanique dans les pentes du Vieux Chaillol : une mauvaise plaisanterie ?

    COMMUNIQUE DE PRESSE  

    Malgré le changement climatique, la crise économique et la pandémie, la mairie de Saint  Michel de Chaillol persiste dans son projet ubuesque de remontée mécanique sur les pentes du Vieux  Chaillol. Le projet en est au stade de l’enquête publique. Cette petite station de ski du Champsaur,  dans les Hautes-Alpes, veut poursuivre la bétonisation de la montagne pour espérer aller plus vite  que le réchauffement climatique !  

    Un projet anachronique et destructeur  

    La commune de Chaillol n’a pas peur de la contradiction : elle revendique un modèle de  développement doux, respectueux du milieu montagnard et de l’environnement… tout en élaborant  un projet de remontée mécanique « télépulsée » jusqu’au col de la Pisse, à 2400m d’altitude, sur la  limite du cœur du Parc national des Écrins ! Un projet basé sur le toujours plus et le toujours plus  haut, qui s’inscrit dans la poursuite d’un modèle économique dépassé.  

    Haut-lieu de la randonnée en été comme en hiver, la montagne de Chaillol est une zone encore  préservée, au cœur d’un paysage alpin remarquable. Les promoteurs de ce projet envisagent sans  scrupule de détruire l’intérêt paysager et le caractère sauvage de ce site. A l’heure de la perte de  biodiversité et du changement climatique, ce projet de remontée mécanique énergivore va à  contresens de toutes les mesures environnementales préconisées par ailleurs !  

    L’étude d’impact ne s’est penchée que sur les conséquences du chantier, elle ne dit rien de  l’impact du fonctionnement quotidien d’une telle infrastructure ! Aucune analyse des effets des 500  personnes à l’heure (capacité prévue) déboulant au restaurant d’altitude avant de fouler les alpages  à pied, en VTT ou en ski de randonnée… Aucune allusion au trafic routier engendré par ces 500  touristes à l’heure, aux projets immobiliers associés, aux effets de la surfréquentation du site sur la  faune et la flore…  

    Du « 4 saisons », oui mais…  

    Orientée plein sud et confrontée chaque année au manque de neige et au réchauffement  climatique (l’inéluctable recul du manteau neigeux), la station de Chaillol cherche une nouvelle voie.  Elle persiste à poursuivre la bétonisation à marche forcée de la montagne pour profiter autant que  possible de la pratique du ski, mais pas seulement : la mairie de Chaillol vante un projet « quatre  saisons » ayant des objectifs respectueux du milieu naturel… Avec rien de moins que 8 pylônes, une  gare intermédiaire et un restaurant d’altitude, c’est un mensonge ! Prendre de l’altitude en  télécabine pour manger un morceau et prendre quelques photos, ça n’est pas découvrir la montagne  ni les sports de pleine nature.  

    Bien sûr, préserver des emplois locaux pour les « jeunes du pays » est nécessaire. Mais  l’attractivité du Champsaur passe-t-elle par l’implantation d’une énième remontée mécanique qui, 

    entre autres, dénature le paysage, génère des nuisances sonores, menace la biodiversité ? Qui  viendrait voir des pylônes en lieu et place d’un alpage et de chant des oiseaux ? Rendre la montagne plus accessible par ce moyen mécanique, c’est plus de monde dans ce  secteur du cœur du Parc national des Écrins, avec un risque de pression accrue sur cet espace fragile  et emblématique, sans que l’étude d’impact n’étudie ce point. 

    Nos contemporains ont soif de nature et de montagne ; les différents épisodes de  déconfinement l’ont montré. Mais investir dans une « économie durable », c’est privilégier les  activités douces de proximité qui doit être bénéfique à l’environnement. Nous ne pouvons que  déplorer les conséquences d’un tel projet sur la biodiversité et ses paysages. 

    Au niveau économique et réglementaire 

    Dépenser 10 millions d’euros et balafrer nos montagnes, pour combien d’emplois créés et  pour quel retour sur investissement ? Qu'en est-il de la rentabilité d’un tel projet ? Quelle  fréquentation, combien de forfaits pour équilibrer financièrement la structure ? Là encore, aucun  chiffre précis n’est avancé, si ce n’est les 35000€ déjà gaspillés pour la réalisation des études !  

    Combien de randonneurs amoureux de la nature, qui font vivre l’économie locale aujourd’hui,  seront repoussés par cette infrastructure destructrice ? Il est grand temps d’inventer des  aménagements sobres et des activités douces, favorables à la santé des hommes et respectueux du  milieu montagnard.  

    D’un point de vue réglementaire, on pourra s’étonner que l’avis d’enquête publique  mentionne l’intention de la commune de prendre un permis d’aménager dès la fin de l’enquête,  faisant fi de la procédure « Unité touristique nouvelle » (pour la remontée mécanique et le restaurant  associé) et de la nécessaire modification des documents d’urbanisme, le Schéma de cohérence  territorial du Gapençais en premier lieu, nécessaires réglementairement à la réalisation de ce projet.  Le dossier incomplet, ne comprend pas le résumé non technique de l’étude d’impact, ni l’avis de  l’Autorité environnementale, non plus que l’avis des communes voisines, le plan d’exposition au  risque, ni même l’arrêté municipal décidant du lancement de cette enquête.  

    Nous souhaitons protéger nos alpages et les espaces sauvages. Nous ne voulons pas payer les  conséquences d’un tel projet. Nous souhaitons que les générations futures puissent avoir accès à une  montagne préservée.  

    Nous invitons toutes les personnes se sentant concernées à se manifester auprès du  commissaire enquêteur. Vous pouvez participer à l’enquête publique jusqu’au 21 mai : 

     

    « De nos jours, presque tous les prétendus progrès de l'homme, tels que la  construction de maisons, l'abatage des forêts et des grands arbres, déforment tout  simplement le paysage et le rendent de plus en plus insipide et domestiqué. » 

    De la marche Henry David Thoreau 1862  

  • Le vent mauvais

    On le prenait presque à la plaisanterie tellement c'était gros quand, lors de la campagne municipale marseillaise, Martine Vassal avait tapissé les murs pour mettre en garde contre les troupes extrémistes descendant du quartier de la Plaine qui suivraient la victoire du Printemps Marseillais. Et on avait tort! Voilà qu'un responsable local à la Pointe Rouge annonce avec fougue qu'il "serait le premier à la ratonnade", lors d'un Conseil Portuaire, devant un responsable LR de la Métropole qui ne trouve rien à dire devant cet appel au meurtre. Auquel fait écho à distance l'appel à l'insurrection antirépublicaine et raciste de militaires à la retraite paru ce 21 avril. Quel silence devant ces horreurs comparé à la bronca qui s'est levée contre l'Unef pour ses quelques groupes de parole!

    A Aix en Provence, un immense portrait appelant à une candidature Zemmour en 2022 s'étale sur un mur. Un repris de justice récidiviste que Zemmour, on l'oublie tellement facilement. Il est vrai qu'il continue à exhaler ses haines recuites sur tant de media, tout en expliquant "qu'on ne peut plus rien dire"... Qui paye cette publicité? Qui l'autorise? Qu'en pense la municipalité, elle qui vient d'être contrainte de retirer ses responsabilités à une élue LR pour cause de racisme trop évident?

    Il faut dire qu'entre LR et le RN locaux, c'est le grand jeu de passe passe, où on s'échange les candidatures, les ex de l'un devenant les ralliés de l'autre. A s'y perdre. Au dernier Conseil Municipal de Martigues, voilà qu'une élue LR s'élève contre l'invitation, dans le cadre d'un partenariat culturel avec une association méditerranéenne,  d'artistes tunisiens, libanais  turcs,  égyptiens... dénonçant un « repli sur soi » qui « racialiserait » les habitants des quartiers prioritaires en les renvoyant à l’origine de leurs parents! Au point qu'un conseiller municipal RN s'est senti obligé de se désolidariser de tels propos discriminants... Le scandaleux débat Darmanin/Le Pen fait des émules semble t-il.

    Le pays est ainsi poussé vers l'infamie d'un racisme complètement décomplexé. Ensemble 13 appelle à la condamnation la plus vive de tels actes et propos. Et à un Front Uni de la gauche, des écologistes, des citoyen-e-s pour qui les valeurs, universelles pour le coup, de l'égalité et de la fraternité ne sont pas de vains mots.

  • 1er Mai 2021

    178608047_127701312746130_8414641390356769974_n.jpg

  • le n°19 du Jour d'après a commencé

    Bonjour à toutes et tous,

    Vous trouverez ICI et ci-dessous le n°19 du Jour d'après a commencé, lettre électronique à l’initiative des collectifs d’Ensemble ! de l'Ain, des Alpes Maritimes, du Calvados, des Côtes d’Armor, du Doubs, des Hautes Alpes, de Saône et Loire ; du comité local de Marseille 15/16 ; de militant·es des Bouches-du-Rhône, de Côte d’Or, du Finistère, du Gard, de l’Hérault, d'Ille-et-Vilaine, du Nord, de Paris 5-13, de Paris 11, de Paris 20, du Rhône, de Seine Saint Denis, du Var et de l'Yonne.

    Si vous voulez participer à l’élaboration de la Lettre, n’hésitez pas à nous contacter : ensemble-lejourdapres@mailo.com

     

    page 1.png
    page
2.png