Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

ENSEMBLE 05 - Page 8

  • Plus que jamais le 1er Mai, appel unitaire CGT, FSU, Solidaires, FIDL, MNL, UNEF et UNL

    Alors que le monde entier fait face à la pandémie, ce premier mai sera plus que jamais la journée internationale de luttes des travailleuses et travailleurs.
    Depuis le début de la crise sanitaire, des millions de personnes sont confinées. De nombreux pays vivent grâce aux oublié-es, aux invisibles de nos sociétés, qui continuent à travailler, le plus souvent au risque de leur propre vie.
    Évidemment ce sont d’abord l'ensemble des personnels de santé qui n’ont pas comptées leurs heures, leur dévouement. Ensuite il y a tous les salarié-es, souvent des femmes, du commerce, de l'agro-alimentaire, du paramédical du social, du nettoiement…, ainsi que tous-tes ces agent-es de la fonction publique qui ont continué d’assurer leurs missions de service publics, et plus largement ceux et celles qui travaillent au service de la population.
    Les paroles de reconnaissance des gouvernements n’ont pas été suivies d’actes forts. Les mots sont évidemment insuffisants pour exprimer notre colère, et notre détermination à faire changer les choses.Nous porterons ce 1er mai 2020, bien que confiné-es, les revendications qui sont plus que jamais d’actualité :
    Car sacrifier la santé des travailleurs_ses n’est pas admissible :
    Si la « reprise » de la vie sociale, dont le travail fait partie, est une espérance, une nécessité pour beaucoup d’entre nous, (et pour d’autres plus pour remettre leur profit à l’ordre du jour), cela ne peut se faire sans la garantie la plus absolue de la sécurité de chacun, chacune, ainsi que celle de ses enfants. La santé, la sécurité, le droit de retrait, de grève, le droit syndical doivent être respectés !!
    Car sacrifier les droits des travailleuses-eurs sur l’autel de l’économie n’est pas tolérable et ne pourra continuer quelle que soit la situation :
    Des semaines à 60 heures de travail, la perte des congés, des jours de repos, le travail dominical étendu, les abus sur le télétravail ne sont pas légitimes et ne peuvent durer ! Ce n’est pas une prime donnée au bon vouloir du patron, ou de l’employeur public, une aide ponctuelle aux plus modestes qui suffiront aux travailleurs-euses : ce sont de vraies revalorisations salariales du SMIC et des
    salaires en particulier dans les conventions collectives où ils sont les plus bas, tout comme dans la fonction publique !
    Sacrifier les plus précaires d’entre nous n’est pas admissible dans une société d’égalité et de solidarité :
    Vacataires, intérimaires, intermittent-es, services civiques, la précarisation des travailleur-euses s’est multipliée ces dernières années, et la situation des chômeur-euses et étudiant-es a été dégradée, tout comme celle des sans-papiers aujourd’hui ignoré-es sur le plan sanitaire comme social.
    Elles et ils payent le prix fort de la situation, et les inégalités sociales explosent. Le manque d’investissement au niveau de la santé, la réforme de l’assurance chômage, le projet de réforme de la retraite pas points, mettent à mal la protection sociale, laquelle est un socle protecteur.
    De plus, le développement des services publics est nécessaire et indispensable pour assurer l'égalité et répondre aux besoins de la population. De nombreuses aides sont prévues pour les entreprises, alors que pour ceux et celles qui sont dans les situations difficiles, elles restent mineures. Il faut permettre la suspension des loyers et des dépenses de toute l’énergie, une aide pour l’accès à internet et aux transports, car nous savons que si la crise sanitaire peut régresser, la situation économique et sociale va continuer à faire des dégâts.
    Cette situation inédite, qui peut malheureusement perdurer et/ou continuer, a remis en lumière l’essentiel : Un hôpital et un système de santé publique avec de vrais moyens humains, matériels, financiers, un système de protection sociale large tout au long de la vie, des services publics qui ne sont pas sacrifiés par des politiques de restructurations, suppressions au bénéfice des appétits de ceux qui prospèrent dans ce système capitaliste !
    Le 1er mai doit permettre à chacun et chacune de s’emparer de ces revendications, et par tous les moyens de les rendre visibles.
    Même confiné-es, manifestons toutes et tous le 1er mai, avec des pancartes, banderoles ou en envahissant les réseaux sociaux(...) et donnons à cette journée une véritable force collective !
    Le 1 er mai, soyons visibles, solidaires, déterminées. Nous ne paierons pas la crise générée par des choix politiques d’un système capitaliste mortifere.
    Transformons le monde de demain en un monde vivable, de justice sociale, écologiste et féministe !


    Montreuil, le 20 avril 2020

  • Après le coronavirus : « Vers la société du commun » Hervé Defalvard

    Dans une tribune au « Monde », l’économiste Hervé Defalvard voit dans les actions locales d’accès et de gestion des « biens communs » l’ébauche de ce que serait le jour d’après, à condition que ces initiatives trouvent un débouché politique.
    Tribune. Les nombreux appels à un changement profond de modèle économique ne doivent pas nous faire oublier que les mea culpa prononcés lors de la crise financière de 2008 n’ont abouti qu’à des changements mineurs et à la mise au pas des mauvais élèves du néolibéralisme comme la Grèce. Que faire pour que ces annonces de rupture se traduisent effectivement ?
    Jean Jaurès, reprenant Marx sur ce point, prônait la méthode de « l’évolution révolutionnaire ». Cette méthode nous éviterait de tomber dans l’écueil des « phrases révolutionnaires » qui promettent le changement sans avoir les forces sociales nécessaires pour le rendre effectif, soit que ces forces ne souhaitent aucun changement afin de conserver leur pouvoir, soit qu’elles soient beaucoup trop faibles et trop peu organisées pour entraîner le changement radical.
    Les phraseurs du premier type nous disaient, en 2008, à l’instar de Nicolas Sarkozy dans son discours de Toulon (le 25 septembre 2008), que « l’idée que les marchés ont toujours raison était une idée folle », nous appelant « à refonder le capitalisme sur une éthique de travail ». On connaît la suite…
    L’optimisme de Jaurès
    Les phraseurs du second type sont ceux qui, comme moi, ont défilé dans les grandes manifestations de 2009 avec pour slogan « nous ne payerons plus leur crise », ce qui « ne voulait rien dire », comme le reconnaît aujourd’hui sur son blog le député LFI François Ruffin (« Préparons la crise ! »).
    La méthode de l’évolution révolutionnaire croise deux axes, celui des forces sociales et de leur organisation, et celui de leur traduction politique et démocratique. Pour Jaurès, dans la très longue préface du 17 novembre 1901 qu’il rédige à l’invitation de Charles Péguy qui veut éditer ses derniers articles dans les Cahiers de la Quinzaine, les forces sociales sont celles du « prolétariat ». Selon lui, dans les syndicats et les coopératives comme dans leur expression politique électorale, ces forces n’ont fait que grossir au point d’orienter le cours de la démocratie en leur nom propre, et non plus en suivant comme au XIXe siècle les révolutions bourgeoises. La construction de l’Etat social en France tout au long du XXe siècle a donné raison à l’optimisme de Jaurès. Mais comme Jaurès avait su actualiser et adapter à la France la méthode prônée par Marx, il nous faut le faire pour le XXIe siècle.
    Les forces sociales sont aujourd’hui celles des territoires dont les habitants se regroupent pour décider et agir afin de pouvoir construire en commun une vie bonne pour tous, dans un équilibre durable avec les êtres vivants partageant le même milieu.
    Longtemps séparées, ces forces sociales joignent les luttes contre les discriminations d’origine, les inégalités, le
    réchauffement climatique et pour la biodiversité. Elles portent une politique de l’émancipation du bas vers le haut : celle locale des communs autogérés, et celle des personnes qui, par ces collectifs, retrouvent la maîtrise de leur vie.
    Un nouvel universalisme
    Les exemples foisonnent : les circuits courts alimentaires, les communautés énergétiques, les nouvelles sociétés coopératives d’intérêt collectif, les plates-formes coopératives de livraison à vélo ou de covoiturage, parmi bien d’autres… Mais si ces forces sociales des territoires n’avaient qu’une structure locale, jamais elles ne pourraient être au rendez-vous de la rupture.
    Elles ne le seront que grâce à la structure translocale qui déjà les soutient sur les deux axes de l’évolution révolutionnaire.
    Sur le premier, elles le font en construisant leur solidarité à diverses échelles, à travers l’usage des technologies numériques (« fablabs ») ou en s’adjoignant le maillon de l’Etat social pour accéder aux soins de santé et aux remboursements. Sur le second axe, ces communs de territoire sont porteurs d’un nouvel universalisme. En effet, les droits d’accès à telle ou telle ressource qu’ils construisent concrètement pour celles ou ceux qui en sont privés sont appréhendés comme des droits universels dans une sorte de mondialisation des territoires. Ils ont déjà commencé à trouver un débouché politique lors du premier tour des municipales. Ils doivent trouver un débouché politique dans les élections régionales, nationales, européennes comme dans des négociations à l’échelle mondiale.
    Le jour d’après Enfin, la méthode de l’évolution révolutionnaire ne fait attendre ni d’un grand soir ni d’une seule élection la venue d’une nouvelle société. Le terme de transition est ici mieux adapté pour autant que celle-ci soit toujours associée à une vision de « l’idée directrice et visible du mouvement ». Laquelle, comme au temps de Jaurès, a toujours pour adversaire, la propriété du capital qui, en se concentrant toujours plus, donne à ses associés un pouvoir exorbitant.
    La société du commun ne supprime ni la petite propriété privée du marché ni la propriété publique de l’Etat, mais les subordonne aux droits d’usage qui assurent concrètement l’accès à une vie bonne pour toutes et tous. Elle est aussi porteuse d’une autre valeur politique et économique, non plus la valeur extractive au profit des actionnaires dans une société de classes, mais la valeur générative au bénéfice d’une plus-value de vie pour tous les êtres. Dans cette transition, des alliances se font déjà sur le terrain, y compris avec des grandes entreprises, comme à Varats (Roumanie) ou des agriculteurs locaux et Carrefour sont associés dans une coopérative.
    Mais n’en doutons pas, de nombreuses luttes et de nombreuses alliances seront nécessaires, le jour d’après, aux échelles locales et translocales pour que la démocratie ouvre le chemin vers la société du commun.
    Hervé Defalvard est maître de conférences d’économie à l’université de Marne-la-Vallée
    Cet article est paru dans Le Monde (site web)

  • Que nous a appris ce virus covid19 sur notre capacité à gérer l’imprévisible ?

    Il nous a appris que notre prétention à vouloir tout anticiper, gérer, organiser n’était qu’un leurre, une rêverie. Subitement nous découvrons nos limites, notre fragilité totale face à un événement qui n’est pourtant qu’une banalité parmi tout les possibles qui peuvent nous atteindre et nous anéantir.

    Nous aurons maintenant des stocks stratégiques de masques pour la prochaine pandémie, mais quels stocks nous allons faire pour anticiper un tremblement de terre, un tsunami, l’éruption volcanique qui obscurcira le ciel, un accident nucléaire ? Les possibles sont innombrables tout comme notre capacité à créer notre propre effondrement.

    Nous pourrons nous en prendre après coup à l’incompétence de nos dirigeants et à leur manque d’anticipation mais le covid19 nous apprend aussi qu’il nous faut vivre avec l’incertitude et que le Roi est nu.

    Cette période de confinement nous permet de revenir à l’essentiel, au nécessaire pour vivre, d’une part les moyens de subsistance élémentaires soit la nourriture et d’autre part le besoin, la nécessité de relations sociales.

    Pour ce qui est de la nourriture, nous avons expérimenté, à minima, la possibilité du manque, et nous nous sommes précipités dans les supermarchés. Et soudain nous nous apercevons qu’ils sont là, proche de nous, (un peu plus éloigné lorsque nous sommes dans des grandes villes), ceux qui peuvent nous nourrir, nous apporter l’essentiel Nous pouvons les rencontrer, les connaitre.

    Nous avons aussi appris qu’une promenade d’une heure peut être essentielle. Marcher, aller dans un parc, faire jouer les enfants, c’est du rien, de l’insignifiant et pourtant…

    Nous avons aussi appris que nos téléphones, tablettes, écran, Zoom ou Skipe, c’est super. Heureusement internet est là, comment ferions sans cela ? Mais voilà qu’au bout d’un mois, on s’en lasse, on aimerait voir des vrais gens, pas forcément pour des grandes embrassades, mais des gens que l’on croise, que l’on regarde, dont on imagine la vie, des beaux, des belles, des moches. Des gens de toutes sortes mais d’autres sortes que celles que nos écrans dépersonnalisent.

    Nous avons appris, que l’on ne pouvait pas faire l’école à la maison par écran interposé. Il nous faut des être vivants pour transmettre, des bons et des mauvais, ou un peu de chaque, mais avec des vrais corps.

    Nous avons appris qu’il était bon de pouvoir se soigner et être soigné avec des personnes qui peuvent nous toucher, nous parler, nous regarder. Mais nous avons aussi appris que notre système de santé était un bien précieux, qu’il fallait préserver en nous préservant nous-mêmes, et qu’il fallait ne pas en abuser par indolence.

    Alors qu’allons nous faire le jour, les jours d’après ?

    Nous pouvons nous dépêcher de préparer les mêmes pancartes et repartir manifester avec tambours et trompettes,

    Nous pouvons nous venger sur des têtes et remettre d’autres têtes à la place en croyant encore et toujours que cette fois, celle-ci sera la bonne. Il y aura toujours d’autres bonimenteurs, des Tarzan, des Zoro et même des Pinocchio qui viendront nous promettre des jours heureux, s’engager vers des promesses qu’ils ne pourront pas tenir, parce qu’il y aura toujours de l’imprévisible.

    Ou alors on choisit, on ne fait pas « la révolution », les 360° le temps d’un confinement, pour repartir droit devant, dans la même direction. 180°, cela pourrait suffire. On se retourne, on se détourne. On va vers nos semblables plutôt que de perdre du temps avec les mêmes accusations qui ne l’ont toujours pas fait « crever ce capitalisme »

    Les puissants, les dominants on s’en occupera plus tard lorsqu’on les aura un peu asséchés. Ce sont eux qui ont besoins de nous, sans nous ils ne sont rien.

    On va vers ceux qui peuvent nous nourrir, que l’on peut connaitre, côtoyer, pour partager nos besoins et nos capacités.

    Et il y a aussi des couturières pour faire des vêtements, (et des masques !) des artisans pour faire des meubles, les objets de la vie courante. Nous avons tout, prés de nous, pour l’essentiel. Bien sur ce sera plus cher, beaucoup plus cher, nous aurons moins de ‘’choses’’ mais peut être plus ‘’d’amis’’ de ‘’like’’ là, tout prés, des vrais, qui nous font vivre et que nous faisons vivre, pas des avatars lointains sur écrans interposés.

     

    Mais qu’on ne s’y trompe pas, cette « dé-marche », cette stratégie, est difficile, exigeante. Elle semble individuelle mais pour quelle devienne politique au sens le plus fort de ce terme, c’est ensemble que nous devons en débattre, l’élaborer, la mettre en œuvre, la défendre et s’y impliquer. Nous n’avons pas besoin de meneurs, de nous en remettre à un grand autre qui nous ferait oublier notre fragilité face à l’imprévisible.

    La démocratie directe si nous la voulons, c’est là, maintenant que nous pouvons commencer à la mettre en œuvre.

    C’est le moment, à nous de choisir.

    Jean-Pierre QUILLEC

  • Le jour d'après a commencé

    La lettre électronique lancée à l'initiative des collectifs d’Ensemble ! des Alpes Maritimes, du Calvados, des Côtes d’Armor, des Hautes Alpes, de Saône et Loire et de militant·es des Bouches-du-Rhône, du Doubs, du Finistère, d'Ille-et-Vilaine, de Paris 11, de Paris 20, du Rhône, de Seine Saint Denis, du Var et de l'Yonne (d'autres collectifs et militant·es se joindront à nous au fur et à mesure).

    LIRE LE N°0 du 16 avril