Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

briançon

  • HOPITAL de BRIANCON: REUNION PUBLIQUE JEUDI 18 JUIN, 20h00 à la MJC

     "Tout va très bien, Madame la Marquise..."

    L'ARS et la direction ont mis à mort la Réanimation, qui devrait toujours exister; le service de Surveillance Continue n'a pas les moyens de fonctionner correctement; on prévoit la suppression de 70 postes, la fermeture de 37 lits, et un nouveau "petit" effort de 5 millions d'"économies" par an "pour résorber le déficit" avec le risque de le pérenniser!

                                         Oui,  tout va très bien...

    6a00d83453a21569e20162fe21ac80970d-800wi.jpgMonsieur le Maire est résigné,
    La Direction est contente, 
    L'ARS l'est encore plus:
         - le personnel de l'hôpital et les patients devraient donc être contents...
         - ...et notre Association devrait se mettre en sommeil !

                                     Mais la réalité est toute autre...

    Nous avons besoin dans le pays

    ​B​
    riançonnais d'un hôpital en état de fonctionner, garantissant la sécurité des patients et la qualité des soins, quelles que soient les circonstances.
    Nous disposons encore d'équipes médicales et de personnels soignants et dévoués, assurant des soins de qualité, mais qui ne peuvent plus aujourd'hui travailler en toute sérénité.

    Il est grand temps que l'ensemble du Pays du Grand Briançonnais se réveille: élus, citoyens, tous patients potentiels, pour exiger l'abandon de ce prétendu "Contrat de Retour à l'Equilibre Financier" (CREF), qui est plutôt un "Sabordage Organisé du Service Public (SOS!).

    On nous prend vraiment pour des idiots: 
         - quand on nous martèle que c'est encore la réduction des effectifs, des lits, de l'offre de soins qui va sauver l'hôpital (C'est juste le contraire, car la dégradation continue de l'offre de soins, des services offerts, des conditions de travail, est un facteur déterminant de la dégradation  continue des recettes!)
         - quand on déclare que la crise, c'est la faute aux Briançonnais qui vont se faire soigner ailleurs (alors que c'est l'offre de soins qui diminue...)
         - quand on prétend que c'est la faute à l'association et au personnel qui osent se plaindre d'une telle situation...pendant qu'il en est encore temps!

                                     Prenons notre avenir en mains!

    Pour nous, citoyens, la pérennité de l'Hôpital de Briançon, service public indispensable dans une zone de haute montagne très touristique et difficile d'accès (menaces sur les services ferroviaires, sinistre du Chambon...) exige des mesures adaptées:


    • dans le cadre de la représentation nationale (Loi HPST, Acte 2 de la Loi Montagne...), l'adaptation de la législation hospitalière à la situation spécifique des hôpitaux isolés et frontaliers de montagne (particulièrement menacés par la tarification à l'activité, les restrictions budgétaires, les pouvoirs exorbitants des ARS...);


    • la compensation de la dette mise indument à la charge de notre hôpital par l'Etat du fait des Jeux Olympiques de Turin et des emprunts "toxiques";


    • la poursuite du contentieux engagé par notre association contre la suppression du service de réanimation, résultant d'une politique délibérée et contraire à la Loi de l'ARS, mettant en danger des vies humaines dans un pays de montagne exposée aux intempéries, située à 100 km de toute autre réanimation, où les catastrophes naturelles, les activités sportives à risque et la présence d'une patientèle à risque (asthmatiques) justifient des garanties particulières;


    • le respect des médecins, des équipes soignantes et de tous les agents qui expriment de plus en plus de souffrance au travail, et qui seraient pourtant en capacité de réaliser un autre Projet Médical et un autre Projet de Soins; 


    • le respect strict des règles professionnelles édictées par les Sociétés Savantes: Facultés, Instituts de Formation (par exemple, le référentiel recommandé par la Société Française d'Anesthésie-Réanimation (SFAR) n'est pas pris en compte en ce qui concerne l'Unité de Surveillance Continue (USC);


    • une méthode de "management" différente, qui valorise toutes les capacités des équipes à développer l'offre de soins au lieu de leur imposer de gèrer sa constante dégradation, sous couvert d'un pseudo et perpétuel "retour à l'équilibre financier" qui ampute chaque fois les recettes;


    • un accueil local digne de ce nom, avec des facilités et des contrats viables dans la durée pour des personnels qualifiés qu'il nous faut recruter, notamment des médecins.

                                  En attendant, tout va toujours très bien...

      ...à l'image du site internet de l'hôpital, qui n'est pas actualisé depuis 2007
      ...à l'image du projet d'hôpital transfrontalier, dont on a beaucoup parlé, mais qui fait du sur-place...

                                   Tout va-t-il très bien, Madame la Ministre ?

      Ne comptez pas sur l'ARS et sa "direction très provisoire" pour vous fournir une information objective: renseignez vous plutôt auprès de ceux qui demeurent à Briançon, aiment et font vivre notre Hôpital Public!

      A tous ceux qui prétendent le sauver en nous promettant perpétuellement "du sang et des larmes", nous opposons notre volonté plus forte que jamais, de défendre un hôpital de plein exercice et de qualité,  pour l'accès aux soins de toutes et tous !

                    C'est pourquoi nous appelons tous les citoyens à une

                                         REUNION PUBLIQUE
                                         JEUDI 18 JUIN, 20hOO
                                         MJC de BRIANCON
                                          35 rue Pasteur
                                         BRIANCON

                     ...où nous exposerons la situation , documents à l'appui

     

  • Communiqué de l'Association Citoyenne de Défense de l'Hôpital Public de Briançon

    briançonL'Association Citoyenne de Défense de l'Hôpital Public de Briancon a pris note du communiqué conjoint du député et du maire de Briançon rendant compte de leur démarche auprès du cabinet de la Ministre de la Santé.
    Elle rappelle que la mobilisation générale des forces vives du Briançonnais LUNDI à 13 h 30 à l'hôpital de Briançon  a  pour objectif premier le maintien immédiat et définitif du service de réanimation de l'hôpital de Briançon, menacé à très court terme (15 mai-1er juin).
    La population du Briançonnais refuse d'être mise devant un tel fait accompli, et demande à la Ministre de la Santé, avant toute autre mesure, de l'écouter et de permettre le recrutement de praticiens qualifiés qui puissent assurer la perennité de ce service.
    Ce préalable, essentiel pour l'avenir de notre station climatique, une fois levé, nous participerons volontiers, ensuite, à la table ronde envisagée au retour de vacances du directeur de l'Agence Régionale de Santé et à une nouvelle 
    délégation auprès de la Ministre pour aborder les sujets énumérés, en y ajoutant:
         1° le respect scrupuleux de la LOI Montagne du 09/01/1985, d'où découle à l'évidence la vocation exceptionnelle du site de Briançon, comme l'a rappelé le Préfet de Région;
         2° que le gouvernement donne rapidement suite à la LOI d'habilitation du 12/11/2013, qui prévoit la communication aux citoyens des rapports préparatoires avant toute décision définitive (tels le rapport de l'IGAS et de la mission consécutive);
         3° que le gouvernement publie rapidement les décrets d'application de la LOI du 23/12/2013 de financement de la Sécurité Sociale sur le mode de financement exceptionnel des établissement de santé isolés;
      briançon   4° et la prise en considération de la conclusion du  rapport de la Chambre Régionale des Comptes en ce qui concerne le service de réanimation de l'hôpital de Briançon.
    Dans l'immédiat et dans l'attente, que les élus, les médecins, les personnels de l'hôpital, les syndicats, les militants des différentes sensibilités politiques, les acteurs économiques, bref, l'ensemble des forces vives et des citoyens du Briançonnais assurent le succès de la manifestation de lundi, car c'est grâce à la précédente que les choses ont commençé à bouger!
     
    Cordialement
    Pour l'ACDHPB, la secrétaire,
    Sylvie Damagnez
     
    --

  • BRIANÇON HÔPITAL MENACÉ = POPULATION SACRIFIÉE

                Danger imminent sur tout l'hôpital 

    Nouvelles « restructurations/dégradations »de tous les services

    Coup de grâce pour le service de réanimation : le 15 mai 2014

     

    Exigeons avec l'ensemble du personnel et des médecins, soutenus par l'Association Citoyenne de Défense de l'Hôpital Public de Briançon, des élus et les syndicats (FO, SUD, CFDT, CGT, SNMH, AMUF) :

    ·         Le maintien du service de réanimation avec l'ensemble de ses moyens

    ·         Le maintien de tous les services, de toutes les spécialités et tous les lits

    ·         Le maintien de tous les emplois médicaux et non-médicaux, ainsi que ceux des services techniques et administratifs.

    ·         Le maintien de la totalité du Plateau Médico Technique (salles de bloc opératoire, stérilisation, pharmacie, imagerie, laboratoire...)

    ·         Le maintien de tous les contractuels

    ·         Le maintien de toutes les lignes de gardes et d'astreintes médicales et paramédicales

     

     LA MOBILISATION DE TOUS DOIT ÊTRE IMMÉDIATE

    RASSEMBLEMENT DEVANT L'HÔPITAL

    MERCREDI 30 AVRIL

    14 HEURES

     

     A l’initiative du collectif de défense de l’hôpital : l’Association citoyenne de défense de l’Hôpital public de Briançon, les syndicats FO, SUD,CFDT, CGT,SNMH, des élus, des citoyens, et avec de très nombreux soutiens.

  • Collectif de défense de l'hôpital de Briançon

    Association_cityenne_de_D_fense.JPGLa mobilisation des briançonnaises et des briançonnais pour défendre leur hôpital nous concerne tous.

    Un collectif de défense est en cours de création. Il regroupe les médecins, les personnels non médicaux de l'hôpital, les syndicats, les élus et les citoyens.

    J'ai décidé d'adhérer à ce collectif car le combat mené pour la défense de l'hôpital de Briançon concerne tous les hauts alpins.

    Il pose la question de fonds de l'accès aux soins dans nos zones rurales et de montagne.

    Jean-Claude Eyraud

    Conseiller municipal de Gap