Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Conseil municipal de Gap

  • Migrants: J. Reynier écrit au maire

    gapMonsieur le Maire,

    Non je n'ai pas le monopole du cœur, ni vous ni moi, mais je n'ai pu m'exprimer hier soir tellement j'ai été effaré de votre attitude et de celle de vos collègues, concernant ma question orale sur l'aide que la commune pourrait apporter à ce drame humain, même si je suis d'accord avec vous sur le rôle que devrait jouer l'Etat Français et surtout l'Europe.

    Je suis heureux d'avoir pu être le porte parole de ces associations que vous méprisez et des migrants que vous ignorez.  

    Je prend acte de votre inhumanité et de celle de vos collègues, nous le ferons savoir par tous les moyens dont nous disposons.

    Cordialement,

    Joël Reynier

    conseiller municipal et communautaire de GAP

  • Le courage du personnel de la piscine et les inconséquences de M.Didier

    20130315_131400.JPGIl y a des scoops qui n'en sont pas. L'état dégradé de la piscine est connu depuis longtemps. C'est une des raisons qui avait poussé le Groupe G.A.U.C.H.E animé par JC Eyraud, a demandé lors du précédent mandat que l'on construise un nouvel ensemble « Piscine + Stade de Glace ». Il aurait été possible d'avoir des structures neuves, faire des économies d'échelle et d'énergie (échange de flux). Au total, le stade de glace est énergivore et en déficit chronique et la piscine dans un tel état que le personnel a dû recourir au droit de retrait pour éviter tout accident et faire jouer le principe de précaution. Nous saluons leur courage.

    Le fond politique en question est l'incapacité de M. Didier d'ordonner de façon responsable les investissements de la ville. Il part dans une querelle sans fin avec l'ASA qui gère l’approvisionnement en eau de la ville et laisse le dossier des Choullières en plan pendant plusieurs années. C'est en catastrophe en novembre qu'il se décide sous la pression médiatique et institutionnelle à entreprendre les forages pour éviter une panne d'eau à la ville de GAP. C'est parce qu'il n'entreprend pas les travaux à temps pour la rénovation de la piscine que l'on se retrouve devant cette situation ubuesque. C'est parce qu'il n'investit pas dans le matériel de remplacement des bus qu'ils deviennent vétustes . C'est parce que les camions bennes tombent en panne de vieillesse que le service doit régulièrement faire appel aux communes voisines. C'est parce qu'il reporte sans cesse les travaux nécessaires pour la voirie que celle-ci se dégrade. En oubliant les fondamentaux (eau, voirie, bus, service technique, sécurité de la piscine, etc.), en faisant passer en priorité les parkings, le Rallye Monte Carlo et le Tour de France, M. Didier opère des choix politiques à courte vision et oublie les investissements de fond. L'inconséquence est la marque de sa politique.

     

    Joël Reynier, pour le groupe Ensemble - (PACG) « tous capables Gauches »- Gap

    12 janvier 2018

  • L’État, le maire de Gap, et le sens de l'accueil.

     

    Monsieur le Maire a l'air de penser que parce que le monde associatif gapençais s'occupe des migrants ainsi que l’Église que la mairie « y prend toute sa part ». Mais que fait-elle pour aider les migrants ? Il a diligenté une procédure juridique pour récupérer la maison Cézanne squattée par la société civile pour les familles à la rue et les migrants de passage et en dehors de cette attaque au tribunal, il ne fait rien ! Les autres structures, le 115, le Cada, etc..ne dépendent pas de la mairie mais de l’État ou du département. La création de 80 places supplémentaires d'hébergement est proposée par le Département et l’État. Cette demande correspond aux besoins estimés par l’administration et cela ne coûtera rien à la commune, néanmoins M.le Maire ne veut pas de migrants dans sa ville. Par contre les personnes migrantes et les mineurs isolés vont continuer à arriver et la ville va se trouver confrontée aux mêmes problèmes que ces mois derniers et rien ne sera prévu. Les gapençais.es se sont dépensé.es sans compter pour soigner, nourrir loger toutes ces personnes de passages. Nous avons honte du refus inhumain de M. Didier aux demandes de l’État et du Département.

     

    Ensemble ! 05-Pour une Alternative Citoyenne à Gauche (PACG).