Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

ENSEMBLE 05 - Page 12

  • Joël REYNIER sur la liste du maire sortant

    Logo Gauche 001.JPG
     
    Joël Reynier avait toute notre confiance. Il m’a ainsi remplacé au Conseil Municipal de Gap après avoir activement mené campagne contre Roger Didier en 2014  à nos côtés. Depuis qu’il siège au Conseil Municipal de Gap, il s’est maintes fois opposé à Roger Didier, en particulier sur des questions cruciales comme la maltraitance du personnel municipal, l’alimentation en eau potable de la ville, et pour la défense des intérêts des Gapençais lors de l’achat des terrains Galleron. Nous regrettons profondément ce choix de Joël Reynier, qui n’aura de fait aucune marge d’action même avec une « délégation », la  gouvernance de Roger Didier n’offrant aucune capacité d’initiative.
    Quelle sera sa position en cas de conflit avec le personnel, lui qui milite à la CGT ?
    Quelle sera sa position demain lors de la reconduction de la concession de la gestion de l’eau à Véolia par la ville de Gap ?
     
    Gap le 4 mars 2020

    Jean-Claude Eyraud
     

  • Un « coup de force » de Macron, et sa défaite au bout.

    Le gouvernement n’a pas été capable d’un débat parlementaire : le flou de ses projets mettait en évidence ses mensonges. Il a donc sorti à nouveau le calibre 49,3.

    Pas de faux semblants ! Emmanuel Macron avait philosophé  en mai 2017 : "Je ne crois pas une seule seconde (...) à la réforme par ordonnances. Regardez ce qui vient de se passer quand on réforme en passant par le 49.3, qui est pourtant un article constitutionnel : les gens le prennent très mal." (Le Figaro, 04.10. 2017). Tous ces ministres le savaient et Bruno Le Maire disait en 2015 "Quand une majorité est obligée d'utiliser un instrument aussi brutal que le 49.3, ça sent la fin de règne." Ils ont décidé de prendre cette arme avec brutalité. Avant leur défaite annoncée aux municipales, en jouant sur une dénonciation des adversaires parlementaires, alors que la vraie question est ailleurs.

    Ce gouvernement ne peut pas convaincre. Et il ne veut pas discuter en examinant toutes les objections depuis des mois. Puisqu’il prétend faire « adopter » un texte qui comporte près de trente « trous » à combler par des « ordonnances », la défense des droits sociaux passe par une mobilisation, un pas vers une révolution démocratique.

    Discutons partout. Tout le temps des mobilisations, au moins depuis début décembre, a permis des démystifications, des prises de consciences de solidarités et de complémentarité des luttes, un moment indispensable, pour que le refus s’impose. Que l’activité du pays se paralyse.

    Préparons les manifestations syndicales. Préparons la grande journée du 31 mars.

    Nous savons que les règles constitutionnelles, au-delà du mauvais coup du 49,3, imposent encore des semaines de procédures et de déchirements institutionnels. 

    Nous savons la nécessité que des grèves ajoutent leur dose de peur dans la tête des messieurs/dames du patronat pour que les défections frappent encore dans la classe dirigeante. Nous ne visons pas une sorte de « baroud d’honneur » (la plupart du temps, on perd…) ni de « point d’orgue » d’une journée (la suite reste un coup de dés). Nous visons un immense chœur parlé, sous la forme à la fois, en même temps, des grèves  et des Assemblées populaires locales pour dire : Retrait, référendum, nos revendications… et toutes nos exigences, arrêt de toutes les poursuites anti-démocratiques.

    La mobilisation a rappelées et ravivées les revendications et les attentes politiques.

    Un pays affirmant tout cela, paralysé un jour ou deux, ou trois jours … Quel pouvoir y résistera ?

    Utilisons donc le temps dont nous disposons !  Activement : jusqu’au retrait. Un autre avenir en dépend.



    Ensemble 05 – Pour une Alternative Citoyenne à Gauche (PACG)

     





     

  • Roger Didier, la respectabilité et le squat illégitime.

    Ainsi, il y a des aidants respectables et des aidants non respectables, ainsi il y aurait un clivage dans les conditions d’accueil entre les humanistes bon teints et ceux détestables ? Pourtant tous font le même travail : éviter que la ville soit un dortoir à ciel ouvert, hanté par la faim et la soif. Les personnes respectables et les soit disant non respectables assurent un minimum à des gens dépourvus de tout. Si la mairie avait accédé à la demande des services de l’État d’ouvrir un lieu d’accueil que ceux-ci étaient prêts à financer, il n’y aurait pas eu de squat. L’existence de celui-ci est la conséquence de la politique anti migration du maire de Gap ; ce qui est illégitime c’est de ne pas aider. Nous espérons que les listes concurrentes dénonceront ce grave manquement à l’esprit de la fraternité.

    								Ensemble!05 – PACG