Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

alpes - Page 5

  • INTERSYNDICALE DES HAUTES ALPES : CGT, CFDT, FSU, Solidaires.

    20100323_29_9.JPG- Appel unitaire –

    Retraites , Emploi, Salaires
    Le 20 avril 2010, engageons le débat sur les propositions syndicales



    Réunies en intersyndicale le 6 juin 2010, les organisations CGT, CFDT, FSU et Solidaires des Hautes Alpes ont convenu d’organiser dans l’unité la journée nationale d’action du 20 avril 2010 dans les entreprises et les territoires du département.

    Elles appellent leurs militants à mettre sur pied, dans les entreprises, des actions d’information et de débat en direction des salariés à partir des revendications concernant les retraites, l’emploi et les salaires.

    Huit jours après la réunion du 12 avril 2010 lors de laquelle le Ministre du Travail, Eric Woerth, doit présenter aux organisations syndicales les objectifs de la « réforme » gouvernementale des systèmes de retraite, cette journée du 20 avril sera l’occasion, dans le département comme partout en France, de démontrer aux salariés que des solutions alternatives sont portées par les organisations syndicales et doivent être entendues par le gouvernement.  Solutions qui permettraient de sauvegarder notre système de retraites par répartition, l’âge de départ à la retraite à 60 ans et la prise en compte de la pénibilité, par une autre politique de l’emploi et des salaires et une autre répartition des richesses créées par les travailleurs.

    Les organisations syndicales haut-alpines organiseront également des opérations d’information en direction des salariés et de la population gapençaise :
    - de 7h30 à 8h30 au Rond Point de Leclerc (Zone des Fauvins), au feu des Eyssagnières et au croisement entre la route de Marseille et la route de Barcelonnette.
    - de 15h00 à 17h00 au centre ville de gap (Rue Carnot, Place Marcelin, etc…).

    Elles ont enfin convenu que cette journée servira de tremplin pour la préparation d’un grand 1er mai unitaire et revendicatif à Gap.


    Gap, le 15/04/2010





  • L’expression du rapport de force permet l’ouverture des négociations !

    Les agents de conduite et contrôleurs  de la ligne des Alpes se sont  prononcés pour la reprise progressive du travail.
    Cette décision actée en assemblée générale ce matin à Veynes est un signe fort envers la direction de la SNCF afin de voir, si des paroles, elle passe aux actes !

    Pour la Cgt et les cheminots, il est temps d’ouvrir les négociations au niveau régional en attendant la table ronde de discussions prévue le 21 Avril 2010 sur les revendications des cheminots en grève.
    Il est important aujourd’hui que les dirigeants de la SNCF prennent la mesure exacte du mécontentement des cheminots encore en grève, et de ceux qui ne sont plus inscrits depuis quelques jours dans le mouvement mais toujours présents dans la mobilisation.
    Le jeu médiatique orchestré par PEPY et le gouvernement  n’aura pas suffi  pour opposer les usagers aux cheminots en grève.
    Le mécontentement des usagers est dirigé vers la direction de la SNCF. C’est aussi un  message fort de l’opinion publique envers l’Elysée en soutenant  à plus de 60% la grève cheminote d’aujourd’hui et plus généralement la défense et l’amélioration du service public.

    En région PACA, la reprise du travail devrait s’opérer progressivement tout au long du Week-end.

    Il est clair que la Cgt aura à charge de faire fructifier les 10 jours de grèves mis au pot par les cheminots en obtenant satisfaction sur les revendications portées par les grévistes, non grévistes et USAGERS.
    La Cgt des cheminots de la ligne des Alpes consciente de l’impacte de cette action de grève en cette période, tien tout de même à remercier les Usagers du train. Nous les remercions de leurs témoignages de soutiens, de leurs écoutes et compréhensions.

    « Les cheminots, tout au long de l’année, luttent afin de défendre et d’améliorer le service public ferroviaire pour répondre aux besoins des populations. Les dirigeants de la SNCF eux, prennent en otage les usagers du train et font du chantage affectif aux cheminots. » 

    Après les Revendications et la mobilisation,..
    …place aux Négociations !
    Pour les cheminots  prochain rendez-vous de luttes
    le mardi 20 avril 2010,
    Journée unitaire interprofessionnelle de déploiement et d’actions sur les retraites

  • Lettre ouverte à monsieur le président de l’association des maires et présidents de communauté des Hautes-Alpes

     


    Monsieur le président ,

    Nous avons bien reçu votre invitation pour la journée de convivialité organisée par votre association le mercredi 21 avril 2010 (en PJ).

    Nous ne participerons pas à cette journée.

    En effet, un certain nombre de nos concitoyens traversent actuellement une période très difficile du fait de la crise économique qui frappe durement les plus faibles d’entre nous.

    Dans ces circonstances, nous pensons que les élus doivent avoir une attitude exemplaire.

    En conséquence nous vous demandons de reverser au comité de Gap du secours populaire français la somme que notre absence vous fera économiser.

    Toutefois, si votre association organisait un colloque ou une formation sur les thèmes des réformes territoriales ou l'intercommunalité, nous serions intéressés.

    Bien cordialement,

    Françoise Perroud et Jean-Claude Eyraud

    Conseillers municipaux de la ville de GAP

  • SOCIAL


    Ils étaient entre 700 et 800 à défiler hier dans les rues de Gap

    par La Rédaction du DL | le 24/03/10

    gap

    "Oui, oui, oui aux services publics. Non, non, non aux services du fric... »

    « Plus de social, moins de capital... »

    « Assez, assez de cette société qui garde les actionnaires et jette la misère... »

    Les slogans étaient nombreux hier, dans le cortège des manifestants qui ont défilé dans les rues de Gap pour les salaires, l'emploi, les conditions de travail, la retraite, la défense des services publics... Des revendications multiples pour une manifestation qui a réuni entre 700 et 800 personnes à l'appel de l'intersyndicale CGT, CFDT et FSU.

    Hospitaliers, enseignants, territoriaux des villes de Gap et Embrun, salariés des impôts, intermittents du spectacle, parents d'élèves, retraités étaient présents pour dire leur "ras-le-bol" et leurs inquiétudes.

    Une retraite de 900 euros

    par mois

    « Je touche une retraite de 900 euros par mois. Une fois que j'ai payé mon loyer et mes factures, il me reste à peine de quoi manger » indique une jeune retraitée qui avoue faire appel en fin de mois aux associations de solidarité pour s'en sortir.

    « Faut-il accepter de travailler plus longtemps, alors que tant de jeunes cherchent du travail ? » s'interroge un syndicaliste. Et d'insister : « Les salariés n'ont pas à payer les frais d'une crise dont ils ne sont pas responsables. »

    Les parents d'élèves de la FCP s'inquiètent eux aussi : « Qui peut croire qu'avec moins d'enseignants, moins formés, des classes trop chargées, la fragilisation des dispositifs d'aide pour les élèves en difficultés, les remplacements non assurés, tous les élèves pourraient mieux réussir leur scolarité ? » Des revendications qui rejoignent celles des enseignants.

    Des débrayages

    dans plusieurs entreprises

    Parallèlement à la manifestation, des débrayages ont eu lieu dans un certain nombre d'entreprises.

    À Gap, les salariés de Monoprix ont arrêté de travailler de 10 h à 11 heures. Tout comme les employés de Linéa qui ont stoppé leur bus de 11 h à midi. Dans l'après-midi, c'est à l'entreprise Louis Jean que des débrayages ont eu lieu. Les salariés des remontées mécaniques de Vars ont également cessé le travail durant la matinée.

    « C'est une mobilisation qui en appelle d'autres » se sont félicités les syndicats.


    Véronique OURY
    Paru dans l'édition 05A du 24/03/2010