Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Après la communication de l’UFC Que Choisir

 

Les méthodes fantaisistes qui tournent le dos au droit a la santé

 

La communication de l’association UFC Que Choisir sur l´évolution des cotisations des complémentaires santé repose sur 498 témoignages recueillis à la volée, fruit du hasard du volontariat. Ils ne sont pas représentatifs de la population couverte par les organismes complémentaires maladie, quelques 64 millions de personnes. Les « témoignages » mentionnent 86 OCAM, mutuelles, sociétés d’assurance, instituts de prévoyance, alors que notre pays en compte 450 !

Nous contestons ces chiffres résultant d’un travail fantaisiste et les conclusions hâtivement tirées !

Selon une étude menée par la Mutualité Française auprès de 29 mutuelles couvrant 13 millions de personnes, le taux moyen d'évolution des cotisations en 2020 est de +2,4%. Il est plus faible pour les contrats individuels (+2,2%) et est plus élevé pour les contrats collectifs (+2,7%). Et ce malgré la mise en œuvre du coûteux dispositif « RAC zéro »

Les variations de cotisation peuvent être la conséquence d’un changement de garantie ou de la situation personnelle des personnes couvertes. Elles viennent aussi des transferts de charge des dépenses de santé de la Sécurité sociale vers les mutuelles ou les ménages : alors que l’évolution naturelle des dépenses de santé est en moyenne de 4,5% par an, les remboursements de la Sécurité sociale n’augmentent que de 2,5%.

Les dépenses des mutuelles, qui servent de base au calcul des cotisations, évoluent en fonction de la consommation de soins et de biens médicaux. Dans son rapport 2019 sur les dépenses de santé, la Drees indique que les prestations des organismes complémentaires ont enregistré une croissance de 3,9% entre 2017 et 2018. « Cette dynamique concerne en particulier l’optique, les soins dentaires et les autres soins de ville », constate-t-elle.

La mise en place du « RAC zéro » du gouvernement, improprement appelé « 100% santé », a débuté le 1er janvier 2020 en optique et pour une partie du dentaire. L’ensemble est largement financé par les organismes complémentaires santé, donc par les personnes couvertes avec leurs cotisations.

Enfin, loin de faire baisser les cotisations aux complémentaires, la mise en œuvre de la « résiliation à tout moment » va entraîner une augmentation des cotisations en cassant les mécanismes de solidarité. Certains organismes complémentaires en profiteront pour faire croître leurs dépenses de publicité et de démarchage.

La fausse alerte lancée par UFC Que choisir tente de mettre en valeur les réformes du gouvernement inutiles et même dangereuses pour le droit a la santé que nous défendons.

La fédération des Mutuelles de France

Écrire un commentaire

Optionnel