Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

briançon - Page 5

  • Hôpital de Briançon

    En début de la séance du Conseil Municipal de Briançon il est prévu de donner la parole à notre association. Vous trouverez ci-dessous la déclaration que nous avons préparée.

    Au cours de la séance une motion présentée par le maire sera soumise au vote des conseillers municipaux.

    Nous appelons nos adhérents et sympathisants ainsi que tous les Briançonnais qui pourront se libérer à assister à cette séance très importante pour l’avenir de l’hôpital de Briançon.

    Mercredi 21 décembre 2011 à 19h dans la salle du Conseil Municipal au 1er étage de la mairie.

    ( pour ceux qui ne pourraient pas rester jusqu’à la fin le sujet de l’hôpital sera abordé en début de séance ). Venez nombreux demain, c’est un geste citoyen…

     

    PROJET DE DECLARATION DE L’ACDHPB

    LORS DU CONSEIL MUNICIPAL DE BRIANçON

    DU MERCREDI 21 DECEMBRE 2011

     

    Association Citoyenne de Défensede l’Hôpital Public de Briançon

    35 rue Pasteur 05100 Briançon

    Membre de la Coordination Nationale

     des Comités de Défense des Hôpitaux et Maternités de Proximité 

     

    La Population s’est indignée en apprenant que le Centre Hospitalier de Briançon serait amputé de son Service de Réanimation avec toutes les conséquences sur la vie même des individus, patients ou futurs patients, et sur l’avenir de leurs soignants.

     

    Notre Association refuse cette hypothèse de fermeture du Service de Réanimation qui conduirait immanquablement à la fermeture de nombreux services qui en dépendent, non seulement au sein même de l’hôpital comme la chirurgie ou la maternité, mais aussi dans les établissements voisins de toute la zone sanitaire et son bassin d’emploi.

     

    Nous exigeons le maintien inconditionnel du Service de Réanimation du centre Hospitalier de Briançon car nous n’acceptons pas que la vie des habitants permanents, saisonniers, voisins d’Italie, vacanciers, sportifs et touristes soit mise en danger par une décision qui ignorerait les conditions de transports inhérentes à la montagne.

     

    A cet effet, nous appelons les populations à se tenir informées et prêtes à se mobiliser pour que des décisions qui les concernent directement ne se prennent plus à leur insu.

     

    Nous demandons le réexamen de la situation en concertation avec les citoyens connaissant bien le terrain et mieux à même de fournir à l’ARS de Marseille les indicateurs adaptés à la spécificité montagne.

     

    De plus, le projet de l’ARS-PACA menace gravement de nombreuses autres structures et établissements de santé des Hautes-Alpes et touche toutes les populations, des plus jeunes aux plus âgées.

     

    Nous demandons instamment à l’ARS de surseoir à son projet et de se consacrer à sa mission de Service Public chargé de garantir l’égalité des soins pour tous partout sur le territoire.

     

    Nous appellerons à signer la pétition en cours et à participer à la manifestation du 7 janvier 2012 pour le maintien inconditionnel du Service de Réanimation de l’Hôpital de Briançon.

     

    Nous soutiendrons toutes les motions prises dans ce sens, à commencer par celle du Conseil Municipal de Briançon du 21 décembre 2011

     

    Le groupe coordonnateur :

    Hervé COTONNEC, Michel ARTIGUE, Josiane CAILLEAU, Claude VIOTTO

     

     

     

  • COMMUNIQUE DE PRESSE L’inacceptable fermeture du service de réanimation du Centre Hospitalier de Briançon

    Les principes conducteurs affirmés dans le Projet régional de santé sont louables : les objectifs proclamés de réduction des inégalités d’accès à la santé, de qualité et de sécurité des soins rassemblent tous les républicains, pour qui l’accès de tous aux meilleurs soins est une exigence viscérale.
    C’est au nom de ces principes que nous considérons que les lits de réanimation de l’hôpital de Briançon doivent être maintenus.
    Las, nous constatons sur cette question la dissonance entre les principes formulés et leur application.
    Les regroupements et réorganisations des hôpitaux publics entre eux représentent une question complexe : les objectifs de qualité des soins, d’expertise et de sécurité doivent être placés au coeur de cette réflexion, mais ces objectifs ne doivent pas servir d’alibi à une gestion de la pénurie des moyens hospitaliers, ni à un renoncement à la présence sur les territoires des services publics vitaux.
    Les arguments récemment avancés dans la presse par un membre du comité directeur de l’ARS pour justifier la fermeture des lits de réanimations à l’hôpital de Briançon sont essentiellement comptables : on ne peut l’accepter.
    On ne peut accepter que les contraintes budgétaires imposées aux hôpitaux impliquent une perte de chances pour les patients du nord des Hautes-Alpes, sur un territoire aussi vaste et
    où les conditions et les délais d’acheminement des malades sont aussi contraints, notamment selon les saisons
    Dans ce contexte, annoncer que les patients, en cas de mauvais conditions météorologiques, peuvent attendre 48 heures dans une salle de déchoquage avant d’être admis en réanimation, est une hérésie sur le plan médical et un risque mortel pour les malades concernés.
    La présence d’un service de réanimation pour garantir la sécurité d’accueil des patients en cas d’aggravation de leur état, dans un hôpital où l’offre de soins est aussi large (chirurgie, maternité, urgences, médecine) ne peut être contestée.
    Ladislas POLSKI
    Conseiller Régional Délégué aux Maisons Régionales de Santé
    Représentant la Région à la Conférence Régionale de la Santé et de l’Autonomie
    Joël GIRAUD
    Vice Président de la Région Provence-Alpes-Côte d'Azur
    Délégué au Massif Alpin

  • Réanimation Briançon

    Association Citoyenne de Défense                            

    de l’Hôpital Public de Briançon

     APPEL A RASSEMBLEMENT LUNDI 19 12 2011 à 14h

    DEVANT L’ENTREE DE L’HOPITAL DE BRIANçON

    juste avant la reunion du conseil de surveillance

    du centre hôspitalier

    Nous venons d’apprendre qu’hier après-midi 14 12 2011 à l’Assemblée Nationale Mme Nadine Morano, ministre parlant au nom du gouvernement, a déclaré que  s’agissant de Briançon«  Des lits de réanimation seront transformés en lits de surveillance continue et fonctionneront dans le cadre d’une complémentarité avec le centre hospitalier intercommunal des Alpes du Sud. »

     Cette déclaration confirme ce que les citoyens ont découvert lors de la réunion de restitution du travail de la Conférence de Territoire du mardi 6 décembre 2011 à Briançon.

    La Population est indignée d’apprendre que le Centre Hospitalier de Briançon serait amputé de son Service de Réanimation avec toutes les conséquences sur la vie même des individus, patients ou futurs patients, et sur l’avenir de leurs soignants.

    Nous refusons cette hypothèse de fermeture du service de réanimation de Briançon qui conduirait immanquablement à la fermeture de nombreux services qui en dépendent, non seulement au sein même de l’hôpital comme la chirurgie ou la maternité, mais aussi dans les établissements voisins de toute la zone sanitaire et son bassin d’emploi.

    Nous n’acceptons pas que la vie des habitants permanents, saisonniers, voisins d’Italie, vacanciers, sportifs et touristes soit mise en danger par une décision qui ignorerait les conditions inhérentes à la montagne.

    Nous demandons instamment à l’ARS de surseoir à son projet et d’y réintégrer la notion de Service Public chargé de garantir l’égalité des soins pour tous.

    Nous appelons nos adhérents et sympathisants, les membres de toutes les autres organisations associatives, syndicales et partis, toutes tendances confondues, les citoyens et leurs élus du Nord 05 à relayer cet appel urgent par mail sur leurs réseaux et à nous rejoindre avec leurs badges et drapeaux devant l’Hôpital lundi 19 décembre à 14h

     Le groupe coordonnateur :

               Hervé COTONNEC, Michel ARTIGUE, Josiane CAILLEAU, Claude VIOTTO

     

  • Association Citoyenne de Défense de l’Hôpital Public de Briançon

                   MENACES SUR LA REANIMATION DE L’HOPITAL DE BRIANçON

     

    Le projet de rapport demandé par l’ARS à la Conférence Sanitaire de Territoire présidée par Madame Eyméoud qui devra être rendu pour le 24/12/2011 a été présenté à Briançon le 6/12/2011.

    Assistaient à cette réunion les membres désignés de cette commission, le Président du Conseil de Surveillance du Centre Hospitalier des Escartons et maire de Briançon ainsi que des élus de Briançon et de communes avoisinantes, le Directeur de l’Hôpital, des professionnels invités de l’hôpital, du pôle sanitaire et d’entreprises de tourisme.

    Bien que n’étant pas invités, mais alertés par des articles dans la presse locale, une soixantaine de citoyens étaient présents appelés d’urgence par l’Association Citoyenne de Défense de l’Hôpital Public de Briançon et d’autres associations, syndicats et partis politiques.

    Le rapport défendu par la Présidente de la Conférence Sanitaire de Territoire et présenté comme déjà voté par ses rédacteurs, et donc très peu amendable d’après elle, n’a pas calmé les inquiétudes de la salle ni même de la tribune.

    Ce rapport critique de nombreux points contenus dans un très long document rédigé par l’ARS et qui menacent gravement de nombreuses structures et établissements de santé des Hautes-Alpes et touchent toutes les populations des plus jeunes aux plus vieilles.

    En particulier les établissements hospitaliers de Laragne, Bonnedonne et Briançon sont dans le collimateur de l’Agence Régionale de Santé.  Elle a prévu de ne conserver qu’un service de réanimation à Gap. Le Centre Hospitalier de Briançon serait de fait amputé de son Service de Réanimation avec toutes les conséquences sur la vie même des individus, patients ou futurs patients, et sur l’avenir de leurs soignants.

    D’où l’indignation des personnes présentes devant des décisions qui allaient être prises, à leur insu, sur des indicateurs faux par des décideurs inconséquents.

    Le rapport ne faisant pas place aux inquiétudes de la population et n’étant que très peu modifiable, il est apparu, de l’aveu même de la Présidente, que c’était un problème politique et que les citoyens n’avaient qu’à faire connaître très rapidement leur position sur ce projet, par leurs élus, associations, syndicats et partis politiques et aussi à titre personnel.

    Au lendemain de cette réunion les dispositions suivantes ont déjà été prises par la municipalité de Briançon

    -          Elle adressera rapidement un courrier à l’ARS pour faire connaître sa position.

    -          Elle présentera une motion au Conseil Municipal du 21/12 pour le maintien de la réanimation.

    -          Un courrier sera adressé à tous les autres maires du Briançonnais pour les inviter à faire les mêmes démarches.

    Le groupe coordonnateur de l’ACDHPBriançon  se réunira mardi 13/12 pour envoyer des courriers à la Conférence Sanitaire de Territoire, l’ARS PACA, et la Coordination Nationale des Comités de Défense des Hôpitaux et Maternités de Proximité. Il préparera un tract, une pétition et un communiqué.

    Des communiqués et des lettres de citoyens et d’organisations circulent déjà sur les réseaux.

    Le 7/12/2011 Rédaction Hervé Cotonnec  

     

  • Nouvelle menace sur l'hôpital !

     

    Selon nos informations, le SROS Réanimation (Schéma Régional d'Organisation Sanitaire) , établi par l’ARS PACA (Agence Régionale de Santé), estime qu’il y a un service de réanimation de trop dans les Hautes Alpes. Il envisagerait donc la fermeture pure et simple du service de réanimation de l’hôpital de Briançon. Le bureau de la conférence sanitaire de territoire doit présenter ses remarques concernant cette préconisation de l’ARS lors d’une réunion prévue le 30 novembre après midi.

    Le Maire de Briançon dénonce avec vigueur ce projet scandaleux qui a été élaboré dans le secret et dont il n’a pris connaissance que mardi 29, par un fax lui signalant qu’une réunion serait organisée le jeudi 1 er décembre à ce sujet à Briançon.

    La fermeture du service de réanimation, c’est la mort programmée de l’hôpital :  plus de réanimation, donc plus de chirurgie, plus de surveillance continue, plus de maternité.La municipalité de Briançon, derrière son Maire, s’insurge contre cette mort programmée alors qu’un plan de retour à l’équilibre est en cours et que l’accueil des patients Italiens se développe et permettra demain d’améliorer la pertinence des services de l’hôpital à l’heure où nos partenaires italiens comptent sur la qualité de nos prestations médicales pour renforcer leur réseau sanitaire.

    MARC LIBERELLE

    Directeur de cabinet du Maire de Briançon

    04 92 21 53 37

    06 07 95 07 40