Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Elections régionales - Page 4

  • Alpes 1: "La Région doit être au service des citoyens", déclare L Eyraud-Chaume, porte parole du mouvement Ensemble 05

    L.EYRAUD-CHAUME, porte parole du mouvement Ensemble 05
    Lundi 07 Septembre 2015 à 19h15
    L.EYRAUD-CHAUME, porte parole du mouvement Ensemble 05
    "La Région doit être au service des citoyens", déclare Laurent Eyraud-Chaume, porte parole du mouvement Ensemble 05, ce soir au micro d'Alex Cam et Cyrielle Michard.
    Retrouvez l'intégralité de l'interview ici>>> http://alpesdusud.alpes1.com/radio/podcasts…
     
     

  • Déclaration commune EELV-Parti de Gauche - Ensemble en PACA

    (photo-fabrice-anterion).jpgUne coopération au-delà des partis pour faire de Provence-Alpes-Côte d’Azur la première Région-Coopérative

    Nous, citoyen-e-s, candidat-e-s, élu-e-s avons fait le choix de coopérer au-delà des partis, et de la mécanique habituelle de la politique, pour inventer un nouveau mode de gouvernance démocratique, un meilleur cadre de vie et de développement pour notre région.

    Notre région est riche en ressources naturelles et culturelles, en innovations, en attrait touristique et économique, et en initiatives citoyennes. Elle peut promouvoir de nouveaux modèles économiques, ancrés sur les territoires, en rupture avec les logiques productivistes qui détruisent notre environnement.

    Nous souhaitons développer les services publics et renforcer l’égal accès de toutes et tous aux droits fondamentaux, car nous ne nous résignons pas aux politiques d’austérité.

    Notre ambition commune : calquer le fonctionnement de la région sur le modèle coopératif, en valorisant les initiatives existantes pour les aider à se développer, en incitant chacun à y contribuer, pour créer plus d’emplois durables, préserver l'environnement et garantir l’égalité et l’intérêt général.

    Pour y parvenir, notre démarche de coopération inclura notamment :
    · la co-construction du projet via des rencontres coopératives ouvertes, des assemblées ou fabriques citoyennes, dans les communes et quartiers de notre région ;
    · la signature d’un document d’engagement éthique par chaque candidat-e ;
    · la présence d’au moins un quart de citoyens, de personnes engagées dans le monde économique, social, associatif et écologiste sur la liste des candidat-e-s, en positions éligibles.

    Notre démarche est ouverte à toutes celles et ceux qui croient, comme nous, qu’il est grand temps de mettre notre région en avance et retrouver le bien-vivre.

    Les signataires :

    Sophie CAMARD, candidate tête de liste EELV, et Guy BENARROCHE, Secrétaire régional EELV PACA ;

    Luc LÉANDRI et Hélène LE CACHEUX, co-chefs de file du Parti de Gauche ;

    Rémy JEAN et Isabelle BOURBOULON, porte-parole Ensemble PACA.

  • Réouverture des listes électorales : informations pratiques

    (photo-fabrice-anterion).jpg

     

     

     

     

     

     

     

     

    Une semaine avec la promulgation de la loi du 13 juillet 2015 « visant à la réouverture exceptionnelle des délais d’inscription sur les listes électorales », le décret d’application du texte est paru hier au Journal officiel. Il donne un certain nombre de précisions sur le calendrier à respecter.

    La première information est une confirmation : les électeurs auront bien jusqu’au 30 septembre pour s’inscrire. Plus précisément, toutes les inscriptions reçues entre le 1er janvier dernier et le 30 septembre prochain devront être prises en compte pour le scrutin des régionales de décembre prochain.
    La commission administrative (composée du maire ou de son représentant, d’un représentant du préfet et d’un représentant du tribunal de grande instance), qui chaque année statue sur les nouvelles inscriptions et doit, normalement, rendre son avis avant le 9 janvier, va donc devoir statuer en fonction de ce nouveau calendrier : elle devra rendre ses avis au plus tard le 9 octobre.
    Quant à l’Insee, qui, rappelons-le, doit « communiquer à chaque maire les informations nominatives » dont elle dispose, qu’il s’agisse d’information issues du recensement ou recueillies auprès des organismes d’assurance maladie, elle devra envoyer ses informations aux maires avant le 30 septembre.
    Les dispositions habituelles lors du renouvellement des listes électorales s’appliqueront à la rentrée. En particulier, le tableau « contenant les additions et retranchements opérés par la commission administrative » devra être déposé au secrétariat de la mairie au plus tard le 10 octobre. « Le jour même du dépôt, précise le code électoral, le tableau est affiché par le maire aux lieux accoutumés, où il devra demeurer pendant dix jours », jusqu’au 20 octobre donc.
    Étape suivante : la commission électorale devra définitivement arrêter la liste électorale, au 30 novembre. La nouvelle liste « se substitue à la liste électorale du 28 février 2015. Elle entre en vigueur le 1er décembre 2015 ». Cette nouvelle liste restera en vigueur « jusqu’au 29 février 2016 ».
    Ces dispositions modifient automatiquement celles concernant la révision des listes pour 2016. Celle-ci concernera les demandes arrivées en mairie entre le 1er octobre et le 31 décembre.
    Autre modification induite par la loi du 13 juillet : normalement, en cas de modification du périmètre des bureaux de vote, un arrêté préfectoral doit être notifié aux maires avant le 31 août, pour entrer en vigueur au mois le 1er mars suivant. En 2015, par dérogation, l’arrêté en question entrera en vigueur au 1er décembre.

    F.L.

    Télécharger le décret 2015-882 du 17 juillet 2015.

  • OUI A UNE LISTE DE RASSEMBLEMENT POUR UNE ALTERNATIVE CITOYENNE, SOLIDAIRE ET ECOLOGIQUE EN PACA !

    vignette_clr_ensemblemagesfdg__0.png

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Le mouvement ENSEMBLE 05, se félicite de la prise de position d’Europe Ecologie Les Verts en faveur d’une liste de rassemblement, autonome du parti socialiste, pour porter les nécessaires transitions écologiques, sociales et démocratiques aux prochaines élections régionales en PACA et appelant à la poursuite des échanges engagés ces dernières semaines dans cette perspective entre les forces de gauche et progressistes.
    Cette prise de position converge avec notre proposition d’union de toutes les forces de la gauche alternative et de l’écologie politique dans une liste largement ouverte aux citoyennes engagées au quotidien dans les résistances, les solidarités et les projets transformateurs qui se multiplient dans notre région. Les résultats des élections départementales sur les cantons où ce rassemblement a eu lieu prouve sa pertinence (Veynes : 21,5%) Une telle liste ouvrirait un véritable espoir à gauche pour battre l’extrême droite et la droite extrême sans cautionner la politique gouvernementale qui organise la régression sociale et tourne dos aux urgences écologiques.
    La constitution de cette liste passe maintenant par un accord entre EELV et le Front de Gauche pour lequel les discussions doivent s’engager sans attendre et sans volonté d’hégémonie de qui que ce soit. ENSEMBLE ! fera tout pour qu’elles aboutissent dans les
    plus brefs délais. Dans notre département, notre mouvement a choisi Agnès Antoine, militante bien connue du nord du département pour porter nos valeurs dans cette campagne. Comme les autres mouvements de ce rassemblement inédit nous avons réuni 5 autres candidats potentiels (dont 3 sont membres d’Ensemble : Laurent EyraudChaume, MarieChristine Mouraret et Jean Ganzhorn et 2 sont des militants issues du mouvement social et citoyen : Karine Briançon et Isabelle David).
    A l’heure où, en Grèce et en Espagne, les peuples sont en train de reprendre en main leur destin, nous pouvons si nous nous rassemblons créer les conditions d’un sursaut citoyen qui changera la donne.

     

    contact presse :
    Laurent EyraudChaume,
    porte parole
    07 85 57 73 69

  • Ensemble : Texte d’orientation sur les élections régionales

     

    vignette_clr_ensemblemagesfdg__0.pngCes élections se situent dans le contexte d’une crise politique qui peut rebondir dans les prochains mois : c’est une nouvelle sanction pour le pouvoir en place qui s’annonce, la droite menée par Sarkozy vise à en faire une étape clé de son retour aux affaires, le Front National vise la conquête de deux régions dans le Nord et en Paca. Elles seront également la dernière échéance électorale nationale avant la présidentielle de 2017, avec un cadre institutionnel bouleversé par la nouvelle carte des 13 régions adoptée par l’Assemblée Nationale.

    Cette réalité politique nouvelle pour les citoyen.ne.s peut susciter un débat politique de grande ampleur sur les conséquences des politiques d’austérité, les choix de développement sur le long terme, sur la mise en concurrence des territoires. Ensemble! propose que le Front de Gauche engage dès maintenant un travail d’élaboration pour proposer une nouvelle démarche politique commune aux partenaires potentiels (mouvements sociaux alternatifs, EELV, Nouvelle Donne, socialistes dissident.e.s, courants écologistes antilibéraux/décroissants, NPA etc) pour construire des convergences alternatives, et, à toutes les forces qui le souhaitent, un accord national engageant dans le même mouvement la construction de listes communes, ainsi qu’un processus associant des citoyen.ne.s engagé.e.s dans des luttes et actions émancipatrices, en opposition à la politique menée par le PS tant au gouvernement que dans la grande majorité des régions. Ces différentes forces doivent sortir d’une logique de division et de concurrence et ont une responsabilité importante pour faire entendre une autre voix à gauche, pour construire des convergences avec celles et ceux qui contestent les politiques d’austérité et les logiques capitalistes et productivistes.

    Cet accord national devrait à partir des compétences propres aux régions définir un profil politique alternatif aux politiques d’austérité qui réduisent les dotations particulièrement aux collectivités territoriales. Il s’agit de défendre une idée simple : pas de réduction des inégalités entre les citoyen.ne.s et les territoires sans dépense publique, sans solidarité dans une logique antagonique à la doxa libérale et à la politique suivie par ce gouvernement.

    La mise en place de treize nouvelles régions qui seront le cadre politique de ces élections est une opération technocratique, antidémocratique (à aucun moment les populations n’ont été consultées) et libérale visant à organiser une compétition entre les territoires et une réduction du périmètre d’intervention des services publics. Il s’agit donc de rejeter ce découpage et de s’intéresser aux besoins de la population plutôt qu’aux exigences des chambres de commerce et d’industrie. A l’inverse, nos listes doivent dans un contexte abstentionniste défendre la perspective de transferts de décisions directement aux citoyen.ne.s ce qui implique la définition de nombreux droits d’intervention dans les territoires et les entreprises, une lutte contre toutes les discriminations et de nouveaux rapports de coopération entre mobilisation et élu.e.s.

    Dans chaque nouvelle région existe un projet d’équipement inutile et dangereux (aéroport, Sivens, Flamanville…) qui suscite des mobilisations dont nous sommes partie prenante. Nous souhaitons que la coalition que nous entendons construire se situe en soutien et en relais de ces luttes et que, lorsqu’un désaccord surgit sur la pertinence de tel ou tel projet, celle-ci se prononce systématiquement en s’engageant à organiser un référendum sur le sujet c’est-à-dire en faisant trancher directement la population. Dans l’ensemble des régions se développe un tissu d’entreprises d’économie solidaire, de réseaux de distribution alternatifs, d’expériences de mise en régie d’activités auparavant gérées par le prive, d’associations culturelles, d’éducation populaire, qui doivent devenir une priorité régionale dans l’attribution des fonds publics.

    Le Parti Socialiste domine les conseils régionaux. L’expérience des municipales et des départementales montre que le rejet de la politique gouvernementale provoque de lourdes pertes territoriales, une abstention massive, une installation du FN à un niveau jamais atteint, et finalement une victoire par défaut de la droite. C’est-à-dire une situation de tous les dangers qui ne permet pas à ce stade de faire surgir au-delà de bons scores locaux une force de transformation sociale et écologique de gauche alternative à la politique du gouvernement. Si nous voulons sortir d’un tripartisme mortifère pour la gauche, il nous faut construire une nouvelle dynamique sociale et politique, participative, qui bouleverse les scénarii noirs annoncés. A ce stade, marqué par des remobilisations sociales et écologiques insuffisantes pour modifier les rapports de force et mettre en échec le gouvernement, la responsabilité pour les listes régionales repose sur la capacité des forces politiques à s’entendre, à proposer dans chaque région une véritable alternative aux électeurs et électrices, et à commencer à développer une nouvelle articulation entre social et politique.

    C’est pourquoi nous souhaitons un accord national entre le Front de Gauche, EELV, Nouvelle Donne, socialistes dissident.e.s, avec les forces locales et nationales qui partagent cette démarche, les militant.e.s du mouvement social, afin de créer les conditions d’une dynamique nationale. Le NPA a rejeté ce type d’accord lors de son congrès mais il ne s’agit pas de se satisfaire de cette position. Il convient d’inviter nationalement et localement cette force à rejoindre cette perspective. A défaut nous souhaitons le maximum d’accords régionaux ce qui implique dans les deux cas une démarche commune de convergence du Front de Gauche et donc un positionnement national rapide de celui-ci à l’image de ce qui a été réalisé aux départementales. Nous souhaitons que la constitution des listes réponde conjointement à deux soucis : – une association de celles et ceux qui s’engagent dans cette campagne à la constitution des listes et à l’animation de la campagne. – une représentation équilibrée des forces politiques. Des rencontres doivent également être engagées pour rencontrer tous les partenaires potentiels (collectifs citoyens, personnalités, associations issues de l’immigration…)

    Cette élection est à deux tours, et il s’agit pour nous de porter ces exigences en toute indépendance aux deux tours de scrutin. Ne peuvent se maintenir que les listes ayant franchi les 10% et fusionner celles ayant atteint le seuil des 5%. La question d’une éventuelle fusion des listes sera déterminée région par région, en fonction de considérations régionales.

    Des fusions au second tour sont envisageables, si elles n’impliquent pas un engagement de solidarité de gestion avec la politique du PS – ce qui implique une liberté de nos élu.e.s sur tous les votes – afin de permettre :

    – que soit respecté le poids des votes exprimés sur les différentes orientations lors du premier tour,

    – de se rassembler face au danger du FN

    – de ne pas laisser la droite remporter une nouvelle victoire, tout en défendant une alternative de gauche antilibérale.

    Dans ces cas, nos candidat.e.s réaffirmeront, entre les deux tours et après, nos orientations du premier tour, car nos représentant.e.s doivent relayer nos orientations, les luttes sociales et écologiques, et les mobilisations citoyennes, dans les conseils régionaux.

    La question de l’éventuelle participation aux exécutifs n’est pas un préalable à la constitution de listes avec les autres forces politiques du Front de Gauche et de la coalition plus large. Cette question est du ressort de chaque formation. Pour notre part, nous ne participerons pas à des exécutifs qui refuseraient la liberté de vote de nos élu.e.s ou qui mèneraient des politiques contradictoires avec les engagements que nous avons défendus au premier tour. Etant donné l’orientation actuelle du PS, nous défendrons auprès de nos partenaires l’idée de ne pas s’engager dans une cogestion et des exécutifs qui mèneront des politiques libérales et d’austérité.

    Le Collectif national d’Ensemble ! le 07/06/2015.