Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Propos sur un arrêté anti mendicité.

logo.png
Qui se souvient de l’époque où un miséreux nommé Diogène pouvait dire à Alexandre le Grand, planté devant son tonneau et lui faisant de l’ombre : « ôte-toi de mon soleil ». Aujourd’hui, le Maire, M. Didier dit aux marginaux et aux pauvres « ôtez-vous de mon soleil » ! La privatisation de l’espace public, impensable en Grèce antique même par un conquérant, est la chose la mieux partagée par nos Édiles, et pas seulement à Gap ! Pourtant, le juste partage de l’espace public est un acquis des révolutions modernes. Mais nous sommes dans une période de régression politique, on agresse les syndicalistes le 1er mai, on n’applique pas les accords internationaux sur l’accueil des exilés, on chasse les pauvres et les marginaux de l’espace public, on leur dénie le droit de vivre puisqu’on leur interdit de recourir à l’aumône, dite justement, publique. Cachez ces pauvres que je ne saurais voir ! Quelle est belle la Fraternité entre citoyens, l’égalité entre humains, la liberté d’exister ! M. Didier croit « qu’il n’y a vraiment rien de nouveau ». Il se trompe : qu’il interroge Alexandre le Grand ! Il apprendra que cet arrêté est un attentat contre la liberté publique, contre le simple fait d’exister.


Ensemble 05! PACG

Écrire un commentaire

Optionnel